Mercredi, 24 juillet 2024
International > Monde Arabe >

Bombardements à Gaza, la CIJ doit se prononcer sur une demande de cessez-le-feu

AFP , Vendredi, 24 mai 2024

CIJ
La Cour internationale de Justice (CIJ). Photo : AFP

Les bombardements de l'armée israélienne et combats au sol se sont poursuivis vendredi dans la bande de Gaza, tandis que la Cour internationale de justice (CIJ) doit se prononcer sur une demande d'arrêt de l'offensive militaire dans le territoire palestinien ravagé par plus de sept mois de guerre.

Dans la nuit, des avions de guerre israéliens ont survolé Gaza et des tirs ont été entendus au sud-est de cette grande ville du nord du territoire palestinien, a constaté l'AFP. L'armée israélienne a fait état de coups de feu et de tirs de mortiers sur des soldats dans le centre.

Plus tôt cette semaine, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, avait demandé l'émission de mandats d'arrêt contre des dirigeants israéliens, notamment le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et des dirigeants du Hamas, incluant le chef du mouvement palestinien à Gaza, Yahya Sinouar.

M. Netanyahu s'adressera "bientôt" au Congrès américain, a annoncé jeudi soir le chef républicain de la Chambre des représentants, Mike Johnson, après que le président Joe Biden a fustigé l'annonce du procureur Khan.

Vendredi, la CIJ, plus haute juridiction de l'ONU, doit elle se prononcer sur une requête de l'Afrique du Sud, qui accuse Israël de "génocide" dans la bande de Gaza, d'ordonner "immédiatement" un cessez-le-feu dans la bande de Gaza.

Les ordonnances de cette juridiction, basée à La Haye, sont juridiquement contraignantes mais elle n'a aucun moyen de les faire respecter.

La guerre dans la bande de Gaza a démarré le 7 octobre a entraîné la mort de plus d'au moins 35.800 Palestiniens, essentiellement des civils, ont été tués dans cette offensive, selon des données du ministère palestinien de la Santé à Gaza.

L'armée israélienne a indiqué vendredi matin poursuivre ses opérations à Jabalia (nord) et dans le camp de déplacés éponyme.

"Il n'y a pas d'endroit sûr (...) Nous sommes désemparés", a dit à l'AFPTV un Palestinien déplacé du camp de Jabalia.

"Prudence et précision" 

Vendredi, des témoins ont aussi rapporté des vols de drones autour de l'hôpital européen à l'est de Khan Younès (sud).

"Une guerre est menée contre les hôpitaux de la bande de Gaza", a affirmé jeudi à l'AFP le docteur Khalil Al-Darkan, porte-parole de l'hôpital Al-Aqsa à Deir al-Balah, avertissant que les activités de l'établissement pourraient être interrompues.

A Karm  Abu Salem, le principal point de passage depuis Israël vers la bande de Gaza, situé dans le sud du territoire palestinien, "le secteur privé est pour l'instant prioritaire" pour l'acheminement de marchandises par rapport à l'aide humanitaire de l'ONU, a indiqué jeudi soir à l'AFP le patron de l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens, Philippe Lazzarini.

Les autorités israéliennes ont également mainmise sur le côté palestinien de l'autre grand point de passage du sud, Rafah, depuis lequel l'ONU dit constater une paralysie des livraisons de carburant, essentiel pour alimenter les générateurs des hôpitaux.

L'armée israélienne a lancé le 7 mai des opérations au sol à Rafah, avec l'objectif affiché d'y anéantir les derniers bataillons du Hamas et sauver les otages, faisant fi des mises en garde internationales sur le sort des civils. Quelque 800.000 personnes ont fui Rafah, selon l'ONU.

"Nous opérons avec prudence et précision", a assuré jeudi le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de l'armée israélienne.

La guerre israélienne à Gaza, depuis plus de 7 mois, a laissé près de 36.000 Palestiniens tués, dont la majorité est des enfants et des femmes.

La CIA en renfort 

Deux jours après l'annonce l'annonce de l'Espagne, l'Irlande et la Norvège de reconnaître l'Etat de Palestine, Israël a répliqué en sanctionnant Madrid. Le ministre des Affaires étrangères, Israël Katz, a annoncé vendredi avoir "décidé de couper le lien" entre le consulat d'Espagne à Jérusalem et les Palestiniens.

La veille, le directeur du ministère israélien des Affaires étrangères avait prévenu que la décision de ces trois pays rendrait "plus difficile la promotion d'un accord pour la libération des otages".

Le cabinet de guerre a néanmoins ordonné aux négociateurs israéliens de "retourner à la table des négociations pour obtenir le retour des otages", selon un haut responsable.

Début mai, des négociations indirectes entre Israël et le Hamas, par l'entremise du Qatar, de l'Egypte et des Etats-Unis, n'avaient pas abouti à un accord de trêve associée à la libération d'otages et de prisonniers palestiniens détenus par Israël.

Selon le site américain Axios, le chef de la CIA, William Burns, doit se rendre "dans les prochains jours" en Europe pour rencontrer le patron du Mossad, les services secrets israéliens, et le Premier ministre du Qatar, dans un effort pour relancer les pourparlers.

*Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique