Samedi, 22 juin 2024
Culture > Arts >

A Cannes, un film cru sur l'infanticide

AFP , Jeudi, 16 mai 2024

Cannes
Une personne passe devant le logo du festival de Cannes lors des préparatifs du 77e festival international de cinéma, Cannes, sud de la France. Photo : AP

Le réalisateur suédo-polonais Magnus Von Horn est en lice pour la Palme d'or avec "La Jeune femme à l'aiguille", film d'époque expérimental sur fond d'infanticide et de scènes insoutenables pour public averti.

Entièrement tourné en noir et blanc, ce troisième long-métrage signé von Horn s'inspire de l'une des plus redoutables tueuses en série de l'histoire du Danemark dans les années 1910, Dagmar Overbye.

Condamnée à la prison à perpétuité, elle a assassiné des dizaines de nourrissons à Copenhague, les brûlant dans des fourneaux.

Le film, situé à Copenhague en 1918, plonge dans la déchéance sans fond de Karoline, une ouvrière tombée enceinte du patron de son usine et en proie à des dilemmes autour de cette maternité.

Ce récit d'apprentissage féminin en noir et blanc embarque le spectateur dans une réflexion sur la monstruosité.

C'est "un traumatisme national qui résonne à travers le temps et qui peut encore aujourd'hui nous rappeler ce qu'il se passe lorsque l'on ferme les yeux sur les horreurs de la société", a commenté le cinéaste dans un communiqué.

Lors d'une projection à Cannes, plusieurs personnes ont quitté la salle, après des passages extrêmement éprouvants, notamment autour d'une scène d'avortement à l'aiguille ou d'assassinat de nourrissons qui hurlent de douleur.

Le casting danois composé de Vic Carmen Sonne ("Godland") et Trine Dyrholm ("Festen"), confirme l'intérêt du réalisateur de 40 ans pour un cinéma sans frontières après un premier film en langue suédoise ("Le lendemain") et un second en polonais ("Sweat").

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique