Vendredi, 12 juillet 2024
Egypte > Politique >

Une délégation israélienne s’est rendue au Caire pour alléger les tensions concernant Rafah : médias israéliens

Ahraminfo , Jeudi, 16 mai 2024

Les discussions ont porté sur plusieurs questions, notamment les opérations des forces israéliennes à Rafah et la nécessité urgente de rouvrir le point de passage de Rafah et de permettre l’acheminement de l’aide humanitaire à l’enclave.

Rafah
La fumée s’échappe lors des frappes israéliennes dans l’est de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Photo : AFP

Une délégation israélienne s’est rendue au Caire, mercredi 15 mai, dans le but d’apaiser les tensions avec l'Egypte liées à l’offensive en cours à Rafah, selon plusieurs rapports publiés dans les médias israéliens.

Selon des articles publiés dans le Times of Israël et Kan News, la délégation était menée par le chef du COGAT, le général de division Ghassan Alian, et des hauts responsables de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet.

Les discussions ont porté sur plusieurs questions, notamment les opérations des forces israéliennes à Rafah et la nécessité urgente de rouvrir le point de passage de Rafah et de permettre l’acheminement de l’aide humanitaire à l’enclave.

Pour le moment, l’Egypte n’a pas émise de commentaire sur cette visite.

Face à l’escalade israélienne dans la ville frontalière de Rafah, Le Caire a haussé le ton ces derniers jours avec Tel-Aviv. Les responsables égyptiens ont cessé toute coordination avec Tel-Aviv au niveau de la gestion du passage et ont ensuite rejoint l’Afrique du Sud dans sa plainte devant la Cour Internationale de Justice pour prévenir le génocide dans la bande de Gaza.

Le ministre des Affaires étrangères Sameh Shoukry a exprimé le rejet catégorique par l'Egypte de la politique israélienne qui consiste à déformer les faits et à se dérober à la responsabilité.

Il a également expliqué que la principale raison pour laquelle il est difficile de fournir l'aide à travers le terminal de Rafah est le contrôle israélien du côté palestinien du terminal et aussi les opérations militaires israéliennes à proximité et la menace imminente qu'elles représentent pour la vie des travailleurs humanitaires et des camionneurs.

Shoukry a fermement condamné les tentatives désespérées de la partie israélienne de tenir l’Egypte pour responsable de la crise humanitaire sans précédent à Gaza. Celle-ci est, selon lui, le résultat direct de l’agression aveugle d’Israël contre les Palestiniens depuis plus de sept mois, qui a coûté la vie à plus de 35 000 citoyens, principalement des femmes et des enfants.

L'armée israélienne poursuit ses opérations, jeudi 16 mai, dans le nord de la bande de Gaza et dans certains secteurs de Rafah, ville du sud de la bande de Gaza menacée d'une offensive israélienne d'envergure contre les civils.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique