Lundi, 17 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

L’Egypte sur la Croisette

Mardi, 14 mai 2024

Deux films égyptiens participent au Festival de Cannes : le premier est une fable sur le pouvoir et le deuxième porte sur les rêves de quelques passionnées de théâtre, au sud du pays.

L’Egypte sur la Croisette
A l’Est du midi, de Hala El-Koussy.

Six films en provenance du monde arabe sont programmés à l’actuelle édition du Festival de Cannes. Ils mettent en valeur les talents des cinéastes issus de l’Egypte, du Maroc, de l’Arabie saoudite, de la Somalie et de la Palestine. Pour sa part, l’Egypte participe avec deux films. Le premier, A l’Est du midi de Hala El-Koussy, projeté à la Quinzaine des Cinéastes. Mélangeant fantaisie satirique et comédie noire, le film dépeint un monde intemporel où un jeune musicien défie son dirigeant oppressif, tout en utilisant son talent et les contes de fées racontés par une femme âgée. Tourné pendant 22 jours en 2022, au Caire et à Al-Qosseir, le film est interprété par Menha el-Batraoui, Ahmad Kamal, Omar Raziq, Faïza Chamah, Ossama Aboul-Atta et Bassem Wadie, avec une photographie signée Abdel-Salam Moussa.

« Je décris mon film comme étant une dystopie (une ville ou une communauté corrompue), mais pas comme une dystopie se déroulant dans le futur. C’est une fable sur le pouvoir et le courage, ou plutôt une histoire sur le pouvoir de l’imagination », a déclaré la réalisatrice dans les médias. Et d’ajouter : « Cette notion de relation entre le pouvoir et l’art, et entre le pouvoir et la jeunesse, est présente partout. Mais elle est habillée à ma façon, à travers des éléments que je connais. Fondamentalement, si vous avez une idée universelle, elle doit être colorée par qui vous êtes, elle serait complètement différente si j’étais originaire d’une autre partie du monde. Je m’appuie donc beaucoup sur les références locales pour donner vie aux personnages et à l’histoire, car c’est ce que je connais le mieux ».

Le second, Au bord des rêves de Nada Ryad et Ayman Al-Amir, est le seul film égyptien à participer à la Semaine de la Critique, en compétition avec six autres films des Etats-Unis, du Brésil, de la France, de l’Argentine, de la Belgique et de Taïwan. Le film est également en lice pour plusieurs distinctions internationales au festival, notamment le Grand Prix de la meilleure photographie de l’année 2024, le Prix spécial du jury et les prix du meilleur acteur, de la meilleure actrice, du meilleur scénario et de la distribution.

L’histoire d’Au bord des rêves se déroule dans le village d’Al-Barcha, dans le gouvernorat de Minya, autour d’un groupe de filles du village qui forment une troupe de théâtre. Leurs pièces, ancrées dans le folklore saïdi, abordent des questions délicates telles que le mariage précoce, la violence domestique et l’éducation des filles. Le récit suit trois filles : Magda, une jeune fille qui aspire à étudier le théâtre au Caire ; Heidi, rêvant de devenir danseuse de ballet ; et Monica, espérant devenir une chanteuse de grande renommée. Le film est joué par les membres de la troupe de théâtre Panorama Barcha, notamment Magda Massoud, Haïdi Sameh, Monica Youssef, Marina Samir, Mariam Nassar, Lydia Haroun et la fondatrice de la troupe, Youstina Samir. Le tournage du film a duré quatre ans, pour capturer les voyages réels de ses protagonistes.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique