Jeudi, 20 juin 2024
Egypte > Société >

Pour la deuxième fois, arrestation d’un chauffeur Uber en Egypte pour tentative d’agression

Sabah Sabet , Mardi, 14 mai 2024

L'incident est le deuxième commis par un conducteur de l’entreprise VTC Uber. Il relance le débat sur la sécurité défaillante de ces plateformes, accentuée par un contrôle insuffisant et l'embauche de profils à risque.

s
Pour la deuxième fois, un chauffeur Uber est arrêté en Egypte pour tentative d’agression

Un conducteur de l'entreprise VTC « Uber », accusé d’agression et de tentative d’enlèvement contre une jeune femme, lundi 13 mai, a été placé en détention pendant 4 jours sur décision du parquet mardi 13 mai, et ce dans l’attente d’une enquête.

L’accusé a été envoyé à la médecine légale pour un test de dépistage de drogue.

La jeune femme a identifié l’accusé et a déclaré qu’il avait arrêté sa voiture dans la rue sous prétexte qu'il voulait boire. Il l’a ensuite menacée avec une arme blanche et a tenté de l'agresser, mais elle a réussi à s'échapper.

Le ministère de l’Intérieur a indiqué lundi 13 mai dans un communiqué que le conducteur a été arrêté après une plainte présentée le 12 mai aux services de sécurité du Caire par une jeune femme l’accusant d’avoir tenté de l’agresser au moyen d’un cutter. La femme a été blessée et a pu s'échapper.

Selon le communiqué, des poursuites judiciaires ont été engagées contre le conducteur.   

Sally Awad, la sœur de la victime, a relaté les détails de l’incident lors d’une intervention téléphonique avec l'émission Al-Hekaya, présentée par le journaliste Amr Adeeb sur la chaîne MBC Masr.  

Elle a affirmé que le conducteur a décidé de s'arrêter brusquement dans une zone désertique sous prétexte de vouloir chercher de l’eau dans le coffre de la voiture puis il a ouvert la portière de la voiture et a tenté d’agresser sa sœur sexuellement en la menaçant à l'aide d'un outil tranchant (un cutter).

Elle a ajouté que sa sœur a tenté de le repousser et a été blessée à la main.

Selon le récit de Sally, le conducteur s’est enfui lorsqu’il a entendu le klaxon d'un camion venant sur l'autoroute, il a jeté le téléphone et le sac de sa sœur hors de la voiture et s'est enfui. La jeune femme, blessée, a été emmené à l’hôpital.   

L’incident qui a rapidement circulé sur les réseaux sociaux est le deuxième commis par des conducteurs de l’entreprise VTC Uber.

Habiba Al-Shamaa, jeune fille de 24 ans, est décédée le 15 mars des suites de ses blessures après avoir sauté d’un véhicule VTC, le 21 février dernier en mouvement sur la route Le Caire-Suez, pour fuir de ce qu’elle considérait être une tentative d'enlèvement, selon les dires de sa mère sur la chaîne MBC Masr.

Une révision des critères de recrutement chez les entreprises de Véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) est requise suite à l’incident.

L'affaire a conduit également à un interrogatoire parlementaire présenté par Amal Salama, membre du Comité des droits de l'homme, qui a interpellé le premier ministre sur les normes de recrutement au sein des services de VTC (Uber, InDrive, Didi, etc.).

Salama a critiqué la sécurité défaillante de ces plateformes, accentuée par un contrôle insuffisant et l'embauche de profils à risque. Elle insiste sur la nécessité d'un suivi rigoureux, incluant des vérifications de casier judiciaire et des tests de dépistage de stupéfiants, pour garantir la sécurité et le professionnalisme des conducteurs.

Commentant l’incident, un porte-parole d’Uber a indiqué que l’entreprise a déjà pris toutes les mesures nécessaires à l'encontre du conducteur, notamment la suspension de son compte sur l'application de l’entreprise.

« Nous travaillons également en étroite collaboration avec les autorités locales pour fournir toutes les informations de nature à  mener à bien l’enquête », a-t-il conclu.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique