Lundi, 17 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Attentat à Mansoura, les Frères musulmans déclarés « terroristes »

Mardi, 24 décembre 2013

Le premier ministre, Hazem Al-Beblawy, a qualifié mardi les Frères musulmans d’« organisation terroriste », peu après un attentat ayant fait au moins 15 morts et 130 blessés, dans la ville de Mansoura (delta).

Attentat
Photo Reuters

Mansoura
Photo Reuters

Dans la nuit, une voiture chargée de plusieurs dizaines de kilogrammes d’explosifs, selon des responsables des services de sécurité, a explosé devant un bâtiment de la police à Mansoura, chef-lieu de la province de Daqahliya. Des sources de sécurité ont précisé que le général Sami Al-Mihi, chef de la sécurité de la province, avait été blessé tandis que deux de ses collaborateurs figuraient parmi les morts.

L’explosion a été ressentie à quelque 20 kilomètres à la ronde, ont ajouté ces sources. La majorité des victimes sont des policiers, a précisé Omar Al-Chaouatfy, gouverneur de cette province à une centaine de kilomètres au nord du Caire, dans le delta du Nil.

Sur place, on fait état de façades soufflées et d’un blindé de la police écrasé par l’explosion. Une dizaine de voitures aux alentours ont été endommagées et un immeuble voisin s’est écroulé. De nombreux résidents, excédés, s’en prenaient vertement aux Frères musulmans.

« C’est une organisation terroriste internationale, ils sont responsables de ce qui s’est passé », a lancé Hamada Arafat, accusant la confrérie d’« adopter les tactiques d’Al-Qaëda ».

Des groupes djihadistes, dont certains liés au réseau extrémiste, revendiquent régulièrement des attentats contre la police et l’armée en Egypte. Depuis début juillet, ces attaques ont tué plus d’une centaine de soldats et de policiers, en majorité dans la péninsule désertique du Nord-Sinaï.

Cet attentat à la voiture piégée particulièrement sanglant et la déclaration qui a suivi interviennent à trois semaines de la tenue d’un référendum constitutionnel censé constituer la première étape de la « transition démocratique » de l’Egypte.

Le porte-parole du gouvernement intérimaire, Chérif Chawki, a accusé les Frères musulmans d’être à l’origine de ce qu’il a présenté comme un attentat et a déclaré que le premier ministre, Hazem Al-Beblawy, avait placé la confrérie sur la liste des organisations terroristes. Beblawy a déclaré que « le terrorisme ne parviendra pas à entraver » la transition qui doit se terminer avec la tenue d’élections législatives et présidentielle mi-2014 et que « la poursuite des meurtriers se fera selon la loi », tandis que le président par intérim, Adly Mansour, a promis de « frapper le terrorisme d’une main de fer ».

Condamnations

L’ambassadeur Hani Salah, porte-parole du Conseil des ministres, a présenté ses condoléances au peuple égyptien et aux familles des victimes et des blessés dans cet attentat qui a touché le bâtiment de la police du gouvernorat de Daqahliya. « Il s’agit d’un acte terroriste ... et nous nous attendons à une augmentation de cette vague de violence au cours des prochaines semaines, raison pour laquelle nous invitons les Egyptiens à la nécessité de participer au référendum sur le projet de la Constitution afin de prouver au terrorisme qu’il ne peut le supprimer », a-t-il déclaré.

Ahmad Al-Moslemani, conseiller de presse du président par intérim Adly Mansour, a déclaré : « Cet attentat est un acte terroriste lâche et ignoble ... Les terroristes ont perdu toutes les normes religieuses et morales ».

Younés Makhyoun, président du parti Al-Nour, a qualifié l’attentat de Mansoura de « complot contre l’Egypte ». « L’explosion de Mansoura fait partie d’une série de complots destinés à détruire l’entité égyptienne. Tout le peuple égyptien doit faire face à ces actes criminels », a ajouté Makhyoun.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique