Lundi, 22 juillet 2024
International > Monde >

William Burns et Benjamin Netanyahu évoquent la possibilité de suspendre l’opération de Rafah contre la libération des détenus : médias israéliens

Ahraminfo , Mercredi, 08 mai 2024

Le Caire accueille une délégation du Hamas avec des médiateurs qataris et américains pour essayer de parvenir à un cessez-le-feu et un échange des détenus et des prisonniers israéliens et palestiniens.

s
Les décombres d'une maison à Rafah dans le sud de la bande de Gaza. Photo : AFP

Le directeur de la Central Intelligence Agency (CIA) William Burns, et le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu discutent de la possibilité de suspendre l’opération à Rafah contre la libération des détenus, rapporte la chaîne de télévision égyptienne Al-Qahera News citant les médias israéliens.

Dans ce même contexte, la Maison Blanche a annoncé que les négociations autour d’un éventuel accord sont encore en cours et qu’il est encore possible de combler le fossé entre les deux parties. 

La Maison Blanche a déclaré que les négociations relatives à la trêve avancent positivement, que le président Biden a entièrement confiance en son équipe et qu'Israël et le Hamas sont arrivés à un stade où il est possible de combler le fossé.

Le Caire accueille actuellement des délégations du Hamas et d'Israël, ainsi que les médiateurs qataris et américains pour parvenir à une trêve dans la bande de Gaza.

Israël a été informé de la gravité de l'escalade, ajoute Al-Qahera News, soulignant que l'Egypte est « prête à tous les scénarios ».

Le Caire avait déjà accueilli une délégation du Hamas avec des médiateurs qataris et américains, pour essayer de trouver un accord prévoyant un cessez-le-feu et un échange des détenus et des prisonniers israéliens et palestiniens.

Mais les négociations n'ont pas abouti, et la tension est montée d’un cran après le tir, à partir de Rafah, de quatre obus de mortier en direction d’Israël, dimanche.

L'armée israélienne a déployé des chars mardi à Rafah, pris le contrôle du passage frontalier avec l'Egypte, pays qui accueille les négociations de la dernière chance pour tenter de trouver un accord de trêve associé à la libération d'otages.

Alors que les deux principaux points d'accès à l'aide humanitaire (Rafah et Karm Abou Salem) étaient fermés, l'armée israélienne a annoncé, mercredi, la réouverture du point de passage de Karm Abou Salem pour introduire l'aide humanitaire dans la bande de Gaza, quatre jours après sa fermeture consécutive aux tirs de roquette sur la zone.

L'armée israélienne avait affirmé mardi mener une opération dans des zones spécifiques de l'Est de Rafah, après un appel la veille à évacuer des dizaines de milliers de familles de ce même secteur de la ville qui abrite 1,4 million de Palestiniens, selon l'ONU.

Cette évacuation a été annoncée en prévision à une offensive terrestre promise par le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, pour éliminer les derniers bataillons du Hamas.

Les Etats-Unis, l'ONU et l'Union européenne avaient appelé Israël à ne pas mettre à exécution sa menace, redoutant un bain de sang et une aggravation de la crise humanitaire.

L’opération israélienne intervient au lendemain de l'acceptation par le Hamas d'une proposition de cessez-le-feu soumise par l'Egypte et le Qatar.

Dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères, l'Egypte a demandé à Israël « d’éviter toute nouvelle escalade en cette période extrêmement sensible de négociations de cessez-le-feu et « d’épargner le sang des civils palestiniens qui ont été déjà exposés à une catastrophe humanitaire sans précédent depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique