Vendredi, 19 juillet 2024
International > Monde Arabe >

Blinken veut le "oui" du Hamas à une trêve, dit "non" à une offensive d'Israël sur Rafah

AFP , Jeudi, 02 mai 2024

s

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken exhorte le Hamas à accepter dès "maintenant" la nouvelle proposition de trêve dans la bande de Gaza tout en réaffirmant l'opposition de Washington à une grande offensive israélienne sur la ville de Rafah.

Antony Blinken, qui a effectué en Israël sa septième mission au Proche-Orient depuis le début de la guerre, le 7 octobre, s'est dit mercredi décidé à arracher "maintenant" un accord sur une trêve associée à une libération des otages retenus dans le territoire palestinien.

"Il y a une très bonne proposition sur la table actuellement. Le Hamas doit dire oui", a déclaré M. Blinken. "Si le Hamas prétend réellement se soucier des Palestiniens et désire voir immédiatement soulagées leurs souffrances, il devrait accepter l'accord", a-t-il ajouté.

Les pays médiateurs - Qatar, Etats-Unis et Egypte - attendent la réponse du Hamas à une dernière proposition en date prévoyant une trêve de 40 jours ainsi que l'échange d'otages contre des Palestiniens détenus par Israël.

Le Hamas répondra "dans très peu de temps", a assuré mercredi à l'AFP un de ses dirigeants politiques, Souheil al-Hindi, tout en soulignant que le mouvement exigeait toujours un cessez-le-feu permanent et le retrait d'Israël de la bande de Gaza.

Le Hamas est ouvert "à toutes les initiatives pour mettre fin à la guerre (...) mais sous réserve de conditions très claires auxquelles on ne peut renoncer", a-t-il dit.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, un haut responsable du Hamas, Oussama Hamdan, a indiqué à l'AFP que la position du mouvement sur la proposition de trêve était pour l'instant "négative" mais que des discussions étaient toujours en cours. "La situation est sensible", a ajouté Zaher Jabareen, membre de l'équipe de négociation du Hamas, suggérant qu'une décision finale n'avait pas été prise.

Fin novembre, une trêve d'une semaine avait permis la libération de 105 otages, dont 80 Israéliens et binationaux échangés contre 240 Palestiniens détenus par Israël. Mais depuis, les tentatives de médiation sont restées vaines.

Le Hamas réclame un cessez-le-feu "permanent", ce qu'Israël refuse, se disant déterminé à poursuivre l'offensive jusqu'à la "victoire totale" sur le mouvement islamiste, qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne.

- "Pas vu de plan" -

Pour obtenir cette "victoire", Israël estime devoir mener une opération terrestre à Rafah, dernier grand bastion selon lui du Hamas, où s'entassent un million et demi de Palestiniens à la lisière sud du territoire palestinien.

"Nous ne pouvons et ne soutiendrons pas une opération militaire majeure à Rafah sans un plan efficace pour garantir que les civils ne soient pas blessés. Et non, nous n'avons pas vu un tel plan (des Israéliens, ndlr)", a déclaré mercredi M. Blinken, disant avoir suggéré à Israël "de meilleures solutions" qu'une "opération militaire d'ampleur" sur Rafah, pour "faire face" au Hamas.

Dans la nuit, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin s'est entretenu avec le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant, soulignant "le besoin pour toute éventuelle opération militaire à Rafah d'inclure un plan crédible pour évacuer les civils palestiniens sur place et maintenir un flot d'aide humanitaire", selon le Pentagone.

Ces tractations interviennent alors que la police est déployée sur plusieurs campus américains, théâtres d'une mobilisation étudiante en soutien à la population de Gaza. De son côté, la Colombie a annoncé la rupture de ses relations avec Israël en raison de la conduite de la guerre.

Le 7 octobre, des membres du Hamas avaient mené une offensive contre l’enveloppe de Gaza et pris des otages. En représailles, Israël a juré d'anéantir le Hamas et lancé une offensive dans le territoire assiégé, qui a fait jusqu'à présent 34.568 morts, majoritairement des civils, selon le ministère de la Santé palestinien.

La guerre a provoqué d'immenses destructions dans le petit territoire, où il y a aujourd'hui plus de débris et de gravats à déblayer qu'en Ukraine, a affirmé mercredi à Genève un responsable des opérations de déminage de l'ONU.

- Réouverture d'Erez -

Et c'est sans compter les craintes de famine généralisée, l'aide internationale, strictement contrôlée par Israël, arrivant au compte-gouttes principalement depuis l'Egypte via le point de passage de Rafah.

Or Antony Blinken s'est félicité mercredi des progrès dans l'acheminement de l'aide mais a appelé Israël à faire davantage, après une visite à Karm Abou Salem, un des deux points de passage depuis Israël. "Les progrès sont réels, mais vu les besoins immenses à Gaza, ils doivent être accélérés", a-t-il déclaré.

Israël a en outre ouvert, pour la première fois depuis le début de la guerre, le passage d'Erez, donnant accès au nord de la bande de Gaza. Selon l'armée, 30 camions chargés de nourriture et de fournitures médicales sont entrés mercredi dans le territoire via Erez, venant de Jordanie.

Les Etats-Unis construisent par ailleurs un port flottant face au littoral de Gaza, qui servira prochainement au déchargement de cargaisons d'aide arrivant par bateau depuis Chypre et dont les travaux sont plus qu'à moitié achevés, selon le Pentagone.

Dans un atelier de Rafah, le mécanicien Youssef Harazi espère la fin des frappes et des combats: "La guerre nous a profondément marqués. Nous ne trouvons pas de répit physique ou mental (...) nos esprits sont fatigués au point où nous avons même du mal à faire preuve d'empathie envers nos enfants au milieu de cette guerre".

*Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique