Mardi, 21 mai 2024
International > Monde Arabe >

Gaza : l'UNRWA réclame une enquête sur les attaques d'Israël et une reprise de son financement

AFP , Mercredi, 24 avril 2024

"A la date d'aujourd'hui, 180 employés de l'UNRWA (avaient) été tués (...) et plus de 160 locaux endommagés ou complètement détruits", a détaillé le dirigeant italo-suisse de l'UNRWA.

s
Archives - Des enfants palestiniens qui ont fui avec leurs parents de leur maison dans le camp de réfugiés palestiniens d’Ein el-Hilweh, se rassemblent dans la cour d’une école de l’UNRWA, à Sidon, au Liban. Photo : AP

L'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, dans la tourmente depuis des mois dans la bande de Gaza, a réclamé mardi une "enquête" du Conseil de sécurité sur les attaques d'Israël qui ont tué selon elle 180 employés depuis le début de la guerre et compte sur une reprise de son financement gelé.

Le chef de l'UNRWA Philippe Lazzarini a répondu mardi devant la presse au siège des Nations unies à New York à un rapport d'experts emmenés par l'ex-ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna. Ce groupe "indépendant" a pointé lundi le manque de "neutralité" politique de l'agence humanitaire onusienne tout en reconnaissant qu'elle était "irremplaçable" pour les 5,9 millions de Palestiniens de la région.

Après plus de six mois d'offensive israélienne contre le Hamas, M. Lazzarini a déclaré avoir "demandé aux membres du Conseil de sécurité une enquête indépendante en responsabilité pour le mépris flagrant à l'égard des locaux de l'ONU, du personnel de l'ONU et des opérations de l'ONU dans la bande de Gaza".

"A la date d'aujourd'hui, 180 employés de l'UNRWA (avaient) été tués (...) et plus de 160 locaux endommagés ou complètement détruits", a détaillé le dirigeant onusien italo-suisse.

Son agence, qui compte plus de 30.000 personnes dans toute la région, est accusée par Israël d'avoir dans ses rangs dans la bande de Gaza "plus de 400 terroristes".

- Gel des financements -

Mais d'après le rapport de Catherine Colonna, "l'UNRWA n'a pas reçu de preuves par Israël" d'une éventuelle implication d'employés palestiniens avec des "organisations terroristes" comme le Hamas.

Ce qui ne veut pas dire, avait précisé lundi à New York l'ex-ministre française, que ces "preuves n'existent pas".

Reste que les allégations israéliennes avaient provoqué en janvier le gel des financements d'une quinzaine de donateurs comme les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Depuis, nombre d'Etats ont rouvert leurs caisses, à l'instar des pays scandinaves, du Japon, de l'Allemagne, la France et du Canada.

L'Union européenne a même appelé mardi tous les donateurs à poursuivre leur soutien à l'UNRWA.

Mais la Maison Blanche a réclamé "de vrais progrès" avant de rouvrir le porte-monnaie américain fermé jusqu'en mars 2025 en raison d'une loi budgétaire votée en mars suspendant tout financement de l'UNRWA par les Etats-Unis pendant un an.

"Confiance"

Au total, 450 millions de dollars ont été gelés au moment où les 2,3 millions d'habitants de la bande de Gaza vivent une catastrophe humanitaire et ont besoin d'une aide d'urgence, a rappelé M. Lazzarini.

Il a dit "espérer qu'avec le rapport (Colonna) et les mesures que nous allons mettre en oeuvre, le dernier groupe de donateurs aura suffisamment confiance pour revenir comme partenaire de l'agence".

Le patron de l'UNRWA pense tenir financièrement "jusque fin juin" et fonctionner "pour l'instant au jour le jour" grâce à la collecte de "100 millions de dollars" de dons privés, "signe extraordinaire de la solidarité du terrain".

Mais Philippe Lazzarini, cible d'Israël depuis des mois, a riposté après que la diplomatie de l'Etat hébreu eut qualifié lundi soir l'UNRWA à Gaza d'"arbre pourri et venimeux dont les racines sont le Hamas".

"Le véritable objectif derrière les attaques contre l'UNRWA est de nature politique: il est de priver les Palestiniens du statut de réfugiés à commencer par Gaza, Jérusalem et la Cisjordanie", a-t-il dit. Et "c'est exactement ce que nous avons entendu (la semaine dernière) au Conseil (de sécurité) de l'ambassadeur israélien (à l'ONU Gilad Erdan). C'est un objectif d'Etat".

M. Lazzarini avait alors prévenu: en cas de "démantèlement" de son agence, il pourrait y avoir une "famine" qui menace déjà le nord du territoire palestinien où plus de 34.000 personnes, la plupart des civils, ont été tuées depuis le début de l'offensive israélienne, selon le ministère de la Santé palestinien.

Afin de faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire, Washington va débuter "très prochainement" la construction d'une jetée à Gaza, a indiqué mardi le Pentagone.

*Article modifié par Ahraminfo

 

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique