Mercredi, 22 mai 2024
International > Monde Arabe >

Le chef du Hamas Haniyeh à Istanbul pour rencontrer Erdogan

AFP , Samedi, 20 avril 2024

s
Le chef du Hamas Ismail Haniyeh. Photo : AFP

Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh est reçu samedi à Istanbul par l'un de ses plus fervents soutiens, le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui tentera d'imposer sa médiation entre Israël et le mouvement palestinien.

Pour cette première rencontre officielle depuis le début de la guerre le 7 octobre, les deux hommes se retrouveront au palais de Dolmabahce sur le Bosphore à 14H00 (1100 GMT), a indiqué une source officielle à l'AFP.

M. Erdogan a confirmé vendredi ce premier tête-à-tête depuis juillet 2023, tout en restant extrêmement discret sur son objet: "Gardons l'ordre du jour pour nous et M. Haniyeh" a-t-il glissé aux journalistes.

Le Hamas a pour sa part simplement indiqué que la guerre dans la bande de Gaza serait au menu des entretiens, dans un communiqué diffusé vendredi soir à l'arrivée de son chef.

M. Haniyeh est arrivé en soirée à la tête d'une délégation de son mouvement dans la mégapole turque, l'un de ses lieux de résidence depuis 2011, mais où il ne s'est rendu officiellement qu'une seule fois, en janvier, depuis le début de la guerre à Gaza.

Il avait alors rencontré le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan, avec lequel il s'est longuement entretenu mercredi à Doha.

M. Fidan recevait pour sa part samedi matin le ministre égyptien des affaires étrangères, Sameh Choukri et les deux responsables devaient s'exprimer à la mi-journée devant la presse.

Frontières de 67

Lors de sa visite à Doha, a spécifié M. Fidan mercredi, les représentants du Hamas lui "ont répété qu'ils acceptent la création d'un État palestinien dans les frontières de 1967" donc, implicitement l'existence de l'Etat d'Israël, "et de renoncer à la lutte armée après la création de l'État palestinien".

"Le Hamas n'aura alors plus besoin d'avoir une branche armée et continuera d'exister en tant que parti politique", avait détaillé M. Fidan qui s'était dit "heureux de recevoir un tel message".

Le ministre turc disait également s'être fait l'écho auprès de ses interlocuteurs des "inquiétudes des Occidentaux" pour qui le Hamas est un mouvement terroriste "qu'ils comparent à Daech", acronyme arabe désignant le groupe Etat islamique.

La Turquie, qui se veut le fer de lance du soutien à la cause palestinienne, apporte un appui solide et constant aux responsables du Hamas, mais elle s'est trouvée écartée de la médiation entre Israël et le mouvement palestinien.

Cette visite de M. Haniyeh intervient au moment où le Qatar, qui assume un rôle pivot dans les négociations entre Israël et le Hamas, a dit vouloir "réévaluer" son rôle et alors que les négociations pour arracher une trêve et la libération des otages israéliens piétine.

Les négociateurs qataris ont été particulièrement froissés par les critiques israéliennes et celles de certains démocrates américains.

La Turquie pourrait donc en profiter pour tenter de reprendre la médiation au nom de ses bonnes relations avec le Hamas.

Cependant, Sinan Ciddi, chercheur associé à la Fondation pour la défense des démocraties (FDD), basée à Washington, se montre circonspect et ne prédit à M. Erdogan qu'un rôle "très limité", au côté d'autres médiateurs, en raison du rejet qu'il suscite de la part d'Israël.

M. Erdogan a encore estimé cette semaine que les Israéliens "ont surpassé Hitler" dans la bande de Gaza.

"Erdogan ne sera pas le bienvenu" affirme Sinan Ciddi en rappelant que le président turc a comparé Benjamin Netanyahu à "un nazi" et qualifié Israël "d'Etat terroriste": "Tout au plus pourrait-il être appelé à passer des messages entre les négociateurs palestiniens et Israël", estime-t-il.

L'attaque du 7 octobre a entraîné la mort de 1.170 personnes en Israël et plus de 250 personnes ont été enlevées dont 139 se trouvent toujours dans la bande de Gaza. Depuis, les représailles israéliennes ont tué près de 34.000 personnes à Gaza, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique