Jeudi, 13 juin 2024
Economie > Economie >

Le budget de l’Etat réalise un excédent primaire de 416 milliards de livres en 9 mois : ministre des Finances

Laila Ahmed , Lundi, 08 avril 2024

Les recettes publiques ont connu une hausse de 57% durant la période de juillet à mars 2024, par rapport à la même période de l'année dernière, grâce au projet « Ras Al-Hikma ».

 Ministre des Finances
Le ministre des Finances, Mohamed Maait. Photo: Conseil des ministres

Le budget de L’Etat a réalisé un excédent primaire de 416 milliards de livres égyptiennes, soit 3% du PIB, durant la période de juillet à mars 2024, contre 50 milliards de livres égyptiennes au cours de la même période de l'année dernière, avec un taux de croissance annuel de plus de 8 fois et demi, a annoncé le ministre des Finances, Mohamed Maait, lundi 8 avril. 

« La valeur totale des recettes publiques de l'Etat au cours des neuf derniers mois s'est élevée à 1 453 milliards de livres, avec un taux de croissance de 57,1% par rapport à la même période de l'année dernière, indique le ministre. 

Ce pourcentage se réduit à 38%, si on ne compte pas les recettes du projet « Ras Al-Hikma » d’une valeur de 35 milliards de dollars. L’Egypte a reçu la première tranche de 15 milliards de dollars dans le cadre du projet. Quant à la deuxième tranche, de 20 milliards de dollars, elle est attendue dans un mois. 

En outre, Maait a indiqué que les dépenses publiques ont atteint 2 323 milliards de livres égyptiennes, avec un taux de croissance annuel de 50,8% au cours des neuf derniers mois. La raison en est l’augmentation de la valeur du service de la dette, a précisé le ministre. 

Maait a souligné que l’objectif actuel est de réduire la facture du service de la dette à 30 % des dépenses publiques à moyen terme dans le cadre d’une stratégie visant à réduire le ratio dette sur le PIB à moins de 80 % en juin 2027.

Le Conseil des ministres a approuvé, mercredi 27 mars, le projet de budget pour l'exercice 2024/2025 avec trois objectifs principaux, à savoir une réduction du déficit budgétaire de 6 %, une baisse du ratio de dette sur le Produit intérieur brut (PIB) et réaliser un excédent primaire de 3,5 % du PIB.

Le gouvernement a fixé également un plafond pour les investissements publics qui ne devraient pas dépasser les 1 000 milliards de livres, selon le communiqué. Ainsi, tous les projets d’investissement entrepris par des entités publiques seront soumis à cette limite qui ne pourra être dépassée sans l’accord du président de la République, du Conseil des ministres et du Conseil des députés.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique