Lundi, 15 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde Arabe >

Téhéran visée à Damas

Mardi, 02 avril 2024

Un raid imputé à Israël a visé lundi la section consulaire de l’ambassade iranienne à Damas, faisant 11 morts, dont sept Gardiens de la Révolution d’Iran, dans un contexte régional tendu en pleine guerre dans la bande de Gaza.

Téhéran visée à Damas
(Photo : AP)

Dans une déclaration retransmise par les médias iraniens, Hossein Akbari, ambassadeur de la République islamique d’Iran à Damas, a affirmé que l’annexe de l’ambassade avait été visée par « six missiles tirés par des chasseurs F-35 ». La frappe, qui a totalement détruit le consulat iranien, mitoyen de l’ambassade, a tué un commandant de la Force Al-Qods pour la Syrie et le Liban, le général Mohammad Reza Zahedi, ainsi que six autres membres des Gardiens de la Révolution. Deux « conseillers » iraniens figurent également parmi les personnes tuées, selon l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH). Un autre haut gradé de la Force Al-Qods, Mohammad Hadi Haji Rahimi, a également été tué, a annoncé dans un communiqué le Corps des Gardiens de la Révolution.

Le président iranien, Ebrahim Raïssi, a affirmé mardi que les frappes imputées à Israël ayant tué la veille sept membres des Gardiens de la Révolution à Damas « ne resteraient pas sans réponse ». « Jour après jour, nous assistons au renforcement du front de résistance, au dégoût et à la haine des nations libres contre la nature illégitime » d’Israël, « et ce crime lâche ne restera pas sans réponse », a dit le président iranien, condamnant un « acte d’invasion inhumain, agressif et méprisable comme une violation flagrante des réglementations internationales ». Dans un communiqué, les Gardiens de la Révolution ont confirmé que l’Iran allait apporter « une réponse décisive » à cette attaque. Le ministre iranien des Affaires étrangères a appelé, de son côté, « la communauté internationale » à apporter « une réponse sérieuse » aux frappes israéliennes.

« Nous condamnons fermement cette attaque terroriste odieuse » qui a tué « un certain nombre d’innocents », a de son côté déclaré le ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Mekdad, accouru sur les lieux, dans un communiqué repris par l’agence officielle Sana. « L’ennemi israélien a lancé des frappes aériennes depuis le Golan syrien occupé, visant le consulat iranien à Damas », a affirmé le ministère syrien de la Défense. « Ce crime ne passera pas sans que l’ennemi soit puni », a menacé, de son côté, le Hezbollah libanais, soutenu par l’Iran, en invoquant une « vengeance » à venir.

Le raid de lundi est le 5e à viser la Syrie en huit jours.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique