Mardi, 25 juin 2024
Egypte > Politique >

L’Egypte, la Jordanie et la France rejettent toute action militaire à Rafah et appellent à parvenir à un cessez-le-feu immédiat

Ahraminfo , Samedi, 30 mars 2024

La France mène des consultations sur un projet de résolution français pour le Conseil de sécurité sur le volet politique au Moyen-Orient.

shoukry
Réunion des trois ministres des Affaires étrangères d'Egypte, de France et de Jordanie.

Le ministre des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, et ses homologues français, Stéphane Séjourné, et jordanien, Ayman Safadi, ont réaffirmé la ferme position de leurs pays concernant le rejet de toute action militaire à la ville de Rafah palestinienne et la nécessité de parvenir à un cessez-le-feu immédiat à la bande de Gaza.

« Nous avons souligné l'importance de parvenir à un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza. Il y a plus d'un million de Palestiniens confrontés à la famine et il faut agir face à cela et garantir l'acheminement des aides sans obstacle », a indiqué Shoukry, en confirmant la position des trois pays refusant la déportation des Palestiniens hors de leurs terres.

« L’Egypte continue de coordonner les efforts avec la Jordanie et la France pour parvenir à une solution globale et permanente de la crise », a ajouté Shoukry.

De son côté, le chef de la diplomatie française, Stéphane Séjourné, a dit que « la France est contre toute action militaire à la ville de Rafah » que c'est une position qu'ils ont communiquée à Israël aussi afin de ne pas menacer la vie de plus d'un million de Palestiniens.

Séjourné a souligné, lors d’une conférence de presse tenue à la suite de la réunion, que la solution de deux Etats est le seul moyen de résoudre le conflit et que l’objectif de la France est de parvenir à la paix au Moyen-Orient.

Le ministre français a indiqué aussi qu’il existe des consultations sur un projet de résolution français pour le Conseil de sécurité sur le volet politique au Moyen-Orient. « Nous pouvons parvenir à un consensus sur notre initiative en tant que membre permanent du Conseil de sécurité », a-t-il ajouté.

De même, Séjourné a souligné que la France déploie des efforts pour contenir la situation sur le front libanais et éviter l'escalade à une guerre totale entre Israël et le Hezbollah. 

Pour sa part, Safadi a demandé à ce que des sanctions soient imposées sur Israël pour la non-application des décisions du Conseil de Sécurité concernant le cessez-le-feu et l'acheminement des aides humanitaires.

« Israël a eu recours à l’arme de la famine contre le peuple et ce, selon les rapports des organisations internationales de renom et ceux des Nations-Unies. Qui va les arrêter et qui va les punir ? Nous sommes prêts avec nos confrères égyptiens à acheminer des milliers de tonnes d'aides au cas où les passages terrestres seraient ouverts. Israël attaque sans cesse l'UNRWA car c'est la seule organisation qui opère sur terrain à Gaza et amène l'aide aux Palestiniens », a-t-il dit. 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique