Lundi, 17 juin 2024
Egypte > Politique >

Sissi et Guterres réitèrent leur refus catégorique du déplacement des Palestiniens et de toute opération militaire à Rafah

Ahraminfo , Dimanche, 24 mars 2024

Le secrétaire général de l’Onu loue les efforts de l’Egypte pour gérer l’acheminement des aides humanitaires vers Gaza.

s
Photo : Page Facebook de la Présidence de la République

Le Président Abdel Fattah Al-Sissi, a reçu dimanche 24 mars, le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, en présence du ministre des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, du chef des services de renseignement, le général Abbas Kamel, du commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini et la coordinatrice résidente de l’Onu en Egypte, Elena Panova.

La réunion a porté sur de nombreux sujets internationaux et régionaux et mis l’accent sur les dernières évolutions dans la bande de Gaza. C’est ainsi qu’Al-Sissi a passé en revue les efforts intensifs déployés pour parvenir à un cessez-le-feu immédiat et un échange des détenus et pour acheminer les aides humanitaires adéquates que ce soit par la route en coordination avec les agences compétentes des Nations Unies, ou par largage sur les régions nord de Gaza. 

Dans ce contexte, Al-Sissi a rendu hommage aux positions du Secrétaire général dans la crise actuelle et à ses efforts continus pour exhorter la communauté internationale à agir pour mettre fin à la guerre et protéger les civils. Il a également mis l’accent sur la nécessité que le Conseil de sécurité s’acquitte de ses responsabilités, soulignant la gravité que certains pays renoncent à leur soutien à l’UNRWA, dans une punition collective des Palestiniens.

Pour sa part, le Secrétaire général a exprimé sa grande appréciation pour le rôle régional de l’Egypte en tant que principal pilier de la stabilité dans la région, louant les efforts de l’Egypte pour parvenir à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza et pour garder le poste-frontière de Rafah ouvert depuis le début de la crise actuelle. Il a ainsi fait référence à sa visite au poste-frontière et a félicité l’Egypte pour ses efforts pour gérer l’acheminement des aides vers Gaza malgré les obstacles. D’autre part, il a réitéré la nécessité de parvenir à un cessez-le-feu humanitaire afin de pouvoir faire entrer les aides et les distribuer efficacement à tous les habitants de la bande de Gaza.

Le porte-parole de la présidence, Ahmed Fahmi, a reporté que la réunion avait témoigné d’une concordance des positions sur la gravité de la situation et la nécessité d’éviter d’alimenter les facteurs conduisant à l’expansion du conflit, d’un rejet total du déplacement des Palestiniens de leurs terres et d’un refus catégorique de toute opération militaire à Rafah.

« La solution des deux Etats est le seul moyen pour réaliser la justice, la sécurité et la stabilité dans la région. Il est indispensable d’assurer les conditions nécessaires pour y parvenir. », a confirmé le Secrétaire général des Nations Unies.

Plus tôt dans la matinée, le secrétaire général de l'Onu s'était entretenu avec le ministre des Affaires étrangères.

Conférence de presse Shoukry-Guterres

Après sa rencontre avec le président Al-Sissi, Antonio Guterres a tenu une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères, Sameh Shoukry.

« Quand on regarde Gaza, c'est comme si les quatre cavaliers de l'Apocalypse galopaient au-dessus, semant la guerre, la famine, la conquête et la mort », a déclaré Guterres, confirmant que l’ONU continuera de soutenir les Palestiniens malgré les accusations d’Israël.

« Nous travaillons dur pour assurer le financement nécessaire à l’UNRWA », a-t-il ajouté.

En plus, Guterres a appelé Israël à « lever les derniers obstacles à l'aide » pour la bande de Gaza, menacée de famine, exhortant une nouvelle fois Israël et le Hamas à un « cessez-le-feu immédiat ». « Le monde entier pense qu'il est plus que temps de faire taire les armes et de mettre en place un cessez-le-feu immédiat », a-t-il assuré.

Pour sa part, Shoukry a confirmé que le but ultime de l’Egypte est l’instauration d’un Etat palestinien indépendant avec Jérusalem comme capitale, mettant l’accent sur la nécessité d’accroître les aides humanitaires pour la bande de Gaza. « La bande de Gaza souffre de conditions tragiques auxquelles nous devons remédier », a-t-il confirmé.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique