Mardi, 18 juin 2024
Economie > Economie >

Fiche - L’Egypte recevra un financement de 23 milliards de dollars jusqu’en 2027

Ahraminfo , Jeudi, 21 mars 2024

Voici les principaux axes de coopération financière liés aux partenariats signés entre l’Egypte et le FMI, l'UE et la BM.

s
Photo : AFP

 

Fonds Monétaire International (FMI) : 8+1 milliards de dollars

L'Egypte a signé le 6 mars 2024 un accord avec le FMI pour un prêt supplémentaire de 5 milliards de dollars, portant le total de son programme de financement avec l'institution à 8 milliards de dollars.

1 ou 1,2 milliard de dollars supplémentaires seront accordés au financement climatique.

Objectifs visés :

  • Le passage à un système de taux de change flexible.
  • Un resserrement des politiques monétaire et budgétaire, notamment en limitant les dépenses d’investissement hors budget, afin de réduire l’inflation et de maintenir la viabilité de la dette.
  • Compte tenu de l’impact négatif considérable d’une inflation élevée sur le pouvoir d’achat, un soutien budgétaire ciblé aux ménages vulnérables est justifié et l’espace budgétaire nécessaire à ce soutien doit être protégé.
  • Réduire la présence du secteur public, en mettant l’accent sur le renforcement de la concurrence et en permettant au secteur privé de jouer un rôle plus important dans la croissance.
  • Modérer les dépenses d'infrastructure, y compris les projets qui ont fonctionné hors du contrôle budgétaire habituel.
  • Prévoir des niveaux adéquats de dépenses sociales pour protéger les populations vulnérables.

 

L’Union Européenne (UE) : 7,4 milliards d’euros (8,1 milliards de dollars)

L’UE a annoncé le 17 mars 2024 un financement de 7,4 milliards d’euros en faveur de l’Egypte dans le cadre d’un partenariat stratégique global.

Le document de partenariat stratégique est basé sur six piliers fondamentaux :

  • Intensifier le dialogue politique. Travailler sur l’engagement à promouvoir la démocratie et les droits de l’homme.
  • La stabilité macro-financière, à laquelle sont accordés 5 milliards d'euros de prêts dont un milliard versé avant la fin de 2024.
  • L'UE va aussi fournir 1,8 milliard d'euros pour aider le pays à financer des projets d'investissements dans la transition verte et numérique, ainsi que dans l'énergie renouvelable, le secteur agricole ou la gestion de l'eau.
  • La migration et la mobilité. L’UE investira au moins 200 millions d'euros dans ce domaine et présentera des facilitations pour la migration légale, par exemple avec les Talent Partnerships. 400 millions d’euros d'aide sont également consacrés pour des projets bilatéraux.
  • La sécurité et l’application de la loi, notamment en matière de lutte contre le terrorisme.
  • Les compétences et la recherche. Les échanges d’étudiants dans le cadre du programme Erasmus+ se poursuivront. L’Egypte peut désormais négocier son adhésion à d’autres programmes de l’UE tels que Creative Europe et Horizon Europe. 

 

Banque Mondiale (BM) : 6 milliards de dollars

La BM a accordé le 18 mars un financement de 6 milliards de dollars en faveur de l’Egypte sur une durée de trois ans, afin de lui permettre de mener à bien ses priorités en matière de développement.

3 milliards de dollars pour le soutien financier aux programmes du gouvernement.

3 milliards de dollars alloués au secteur privé (mobilisation comprise) dans les domaines suivants:

  • Promotion de la participation du secteur privé à l'économie, notamment par l'intermédiaire du programme gouvernemental de vente d'actifs, le renforcement de la gouvernance des entreprises publiques et l'amélioration de l'efficacité de la gestion des ressources publiques.
  • Le Groupe de la Banque mondiale soutient également l'action climatique en Egypte. Il poursuivra également son soutien aux plus vulnérables, notamment à travers les programmes gouvernementaux Takaful et Karama.
  • Coopération sur les réformes structurelles, notamment sur un programme de Financement des Politiques de Développement (DPF) ancré sur trois piliers principaux : 1. Le renforcement de la compétitivité économique et l’amélioration de l’environnement des affaires. 2. Le renforcement de la résilience macroéconomique. 3. La transition verte.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique