Vendredi, 19 juillet 2024
International > Monde Arabe >

L'OMS alerte sur les conséquences de la famine généralisée dans la bande de Gaza

Ahraminfo , Lundi, 11 mars 2024

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), et ses partenaires ont achevé une mission d’inspection dans des hôpitaux au nord de Gaza.

Gaza
Les Palestiniens font la queue pour un repas gratuit à Rafah, dans la bande de Gaza. Photo : AP

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Ghebreyesus, a mis en garde contre les conséquences de la faim généralisée dans la bande de Gaza.

La visite récente de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de ses partenaires aux hôpitaux du nord de Gaza a révélé de manière frappante des niveaux graves de malnutrition chez les Palestiniens, des enfants mourant de faim, de graves pénuries de carburant, de nourriture et de fournitures médicales, ainsi que la destruction des bâtiments hospitaliers.


Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Ghebreyesus, a affirmé la nécessité d'assurer l'accès régulier, durable et sûr de l’aide humanitaire aux établissements de santé pour la fournir des besoins vitaux en réitérant l’appel au cessez-le-feu.

L'OMS et ses partenaires ont achevé une mission d'inspection des hôpitaux dans le nord de Gaza, qui fonctionnent à capacité limitée en raison du manque de nourriture, de carburant et de spécialistes, des besoins de première nécessité et des médicaments, y compris l'anesthésie.

« Nous avons de nouveau accédé au nord. La plupart de nos missions dans le nord ont été refusées fin janvier, seules trois sur seize ont été facilitées, en février aucune n'a été réellement facilitée, et tout cela en raison d'un manque d'un mécanisme de déconfliction adéquat », a déclaré Rik Peeperkorn, représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le Territoire palestinien occupé lors d'un briefing aux journalistes à l'ONU à Genève le 5 mars. 

Il a noté que leur dernière mission à l'hôpital Al Shifa dans le nord de Gaza remonte au 22 janvier et que l'accès a été accordé plus récemment à d'autres établissements. 

« Le 3 mars, juste le week-end dernier, l'OMS et ses partenaires ont pu atteindre Kamal Adwan, qui est plus au nord, et l'hôpital Al-Awda dans le nord de Gaza. C'était la première mission (...) dans ces hôpitaux depuis début octobre 2023, malgré nos nombreux efforts pour obtenir un accès plus régulier au nord de Gaza ». a noté Peeperkorn.

L'OMS et ses partenaires ont réussi à livrer 9 500 litres de carburant à chaque hôpital, ainsi que des fournitures médicales essentielles - une petite fraction des fournitures vitales urgentes nécessaires.  La situation à l'hôpital Al-Awda est particulièrement épouvantable, a déclaré Peeperkorn, car l'un des bâtiments est détruit.

L'hôpital Kamal Adwan, le seul hôpital pédiatrique dans le nord de Gaza, est débordé de patients. Le manque d'électricité constitue une menace sérieuse pour les soins aux patients, en particulier dans des domaines critiques comme l'unité de soins intensifs et l'unité néonatale.

Le porte-parole de l'UNICEF, James Elder, a évoqué les conséquences désastreuses pour les enfants dans ces établissements, de nombreux autres restant introuvables. «Au moins dix enfants seraient morts de déshydratation et de malnutrition à l'hôpital Kamal Adwan dans le nord de la bande de Gaza, probablement beaucoup plus d'enfants se battent pour leur vie. Ces décès sont dus à l'homme, prévisibles et entièrement évitables.», a expliqué dans un rapport publié par l’OMS, le 5 mars.  

De nombreux autres jeunes risquent de mourir dans les prochains jours à moins que l'aide ne soit intensifiée sans délai, a averti l'UNICEF.

La malnutrition est devenue une menace de plus en plus grave à Gaza, en particulier chez les jeunes enfants, entraînant un gaspillage irréversible. Auparavant, l'autosuffisance de Gaza en poisson et dans d'autres productions alimentaires constituait un rempart contre de tels dangers, a déclaré Peeperkorn.

« Ce que nous voyons spécifiquement dans le nord de Gaza, c'est un gaspillage de 15,6 % chez les enfants de moins de deux ans dans le nord de Gaza. Cela suggère un déclin grave et rapide », a-t-il déclaré.  

Et ajouter « Un tel déclin de l'état nutritionnel de la population en trois mois est en fait sans précédent à l'échelle mondiale. Plus précisément, lorsque vous regardez ce qu'il en était auparavant, vous parlez de 0,7 ou 0,8 % d'enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë. »

Selon Peeperkorn, seuls 12 hôpitaux sont maintenant partiellement fonctionnels - six dans le nord et six dans le sud. Vingt-trois hôpitaux ne fonctionnent pas du tout. Face à ces circonstances désastreuses, Peeperkorn a déclaré que l'OMS plaide en faveur d'une évacuation médicale significative. « Nous estimons que 8000 patients devraient être évacués hors de Gaza, 6000 liés aux traumatismes de guerre et 2000 patients en raison de leur état de santé.»

Entre le 7 octobre et le 20 février, seules 2 203 personnes ont eu accès à un traitement médical en dehors de Gaza, malgré les offres de l'Égypte et d'autres pays, y compris en Europe, de recevoir et de traiter un plus grand nombre de patients des établissements de santé de Gaza dévastés.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique