Lundi, 24 juin 2024
Economie > Economie >

L'Egypte signe un accord avec le FMI pour une rallonge de 5 milliards de dollars

Ahraminfo , Mercredi, 06 mars 2024

L’Egypte a signé un accord d’un prêt de 8 milliards de dollars avec le Fonds Monétaire International (FMI). Un financement climatique supplémentaire de 1,2 milliard de dollars est également prévu.

s
Photo : Page Facebook Présidence du Conseil des ministres

L’Egypte a signé, le mercredi 6 mars, un accord avec le Fonds Monétaire International (FMI) pour obtenir un prêt supplémentaire de 5 milliards de dollars et ainsi accroître son programme de financement avec l’institution internationale à 8 milliards de dollars.

Lors d’une conférence de presse au Caire, le premier ministre, Mostafa Madbouly, a annoncé qu’un accord a été convenu avec le FMI pour effectuer la première et deuxième révision du prêt, signé en décembre 2022.

Le premier ministre a révélé que l’Egypte a aussi présenté une demande pour un autre financement climatique entre 1 et 1,2 milliard, ce qui porterait le total du financement, en cas de son octroi, à plus de 9 milliards de dollars. 

« Nous avons pris plusieurs mesures aujourd'hui pour faire absorber les chocs extérieurs. Nous soulignons l'importance de la flexibilité du taux de change pour passer à la réduction de l'inflation », a indiqué le gouverneur de la Banque Centrale d'Egypte (BCE), Hassan Abdalla, lors de la conférence de presse.

Abdalla a affirmé la poursuite de la coopération entre la BCE, le gouvernement égyptien et le Fonds monétaire international pour réaliser le programme de réforme économique égyptien. 

Madbouly a déclaré que l'accord avec le FMI s'inscrit dans le cadre des politiques de réforme structurelle de l'économie égyptienne « préparé par le gouvernement et la Banque centrale »

Il a souligné que le programme vise des indicateurs très clairs en augmentant les réserves monétaires en devises fortes, en réduisant la dette, qu'elle soit intérieure ou extérieure, en assurant l’afflux des capitaux directs et des investissements étrangers.

« Nous travaillons pour réduire l’inflation, créer des emplois et augmenter les programmes de protection sociale », a déclaré le chef du gouvernement.

La cheffe de la délégation du FMI en Egypte, Ivanna Vladkova Hollar a félicité le gouvernement égyptien pour ses politiques de réforme.  

« L’Egypte a pris d’importantes mesures pour relancer son économie. Passer à un système de taux de change flexible, dont l'unification du taux de change officiel avec ceux des marchés parallèles est une première étape ». Elle a aussi déclaré que ces mesures « contribueraient à fournir des liquidités en devises ». 

Hollar a ajouté que le gouvernement poursuit ses efforts pour attirer les investissements étrangers. Elle a ajouté que la révision du programme aura lieu avant la fin du mois de mars.

Un autre financement

Madbouly a aussi annoncé que le gouvernement prévoit d'autre financements en provenance d'autre sources.

« L’Union européenne et d’autres partenaires de développement dont la Banque Mondiale accorderont des prêts à taux d’intérêts réduits à l’Egypte, ce qui permettra à l’Etat de réaliser la stabilité monétaire.» a il dit. 

En décembre 2022, le conseil exécutif du FMI avait accordé à l’Egypte un crédit d’un montant total de 3 milliards de dollars sur 46 mois.

Après le versement de la première tranche de 347 millions de dollars, les première et deuxième évaluations prévues pour mars et septembre 2023 ont été reportées en raison de retard dans la mise en œuvre des réformes requises par le FMI.

Des discussions intenses entre l’Egypte et le FMI ont eu lieu ces derniers mois pour augmenter le montant du prêt, et procéder aux évaluations nécessaires au versement des deuxième et troisième tranches. 

Le FMI avait réfuté récemment les allégations sur l’existence d’un lien entre le montant du prêt négocié avec l’Egypte et la guerre à Gaza. 

Le directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, Jihad Azour, a expliqué, le 25 février, lors d’un entretien avec la chaîne Al-Arabiya Business, que le financement supplémentaire accordé à l’Egypte par le FMI est lié à la lacune financière dont souffre le pays. 

« L’objectif de n’importe quel programme de soutien n’est pas le financement lui-même. L’essentiel est d’aider le gouvernement égyptien à accélérer les réformes pour relancer l’économie », a affirmé Azour.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique