Mardi, 28 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Femmes : Le défi de l’autonomisation

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mercredi, 06 mars 2024

La troisième édition du Sommet de la femme égyptienne s’est tenue cette semaine. Au centre des discussions : l’autonomisation de la femme et les moyens de la protéger. Compte rendu.

Femmes : Le défi de l’autonomisation

« 360° vers une vie prospère pour les femmes ». C’est le slogan de la troisième édition du Sommet de la femme égyptienne, tenue au Caire les 3 et 4 mars, mois de la femme. En partenariat avec le Conseil national de la femme et l’Union européenne, cette rencontre, qui a rassemblé plus de 300 femmes leaders, est organisée par le « Top 50 Women Forum », première plateforme en Egypte à travailler exclusivement sur l’autonomisation des femmes professionnelles afin de renforcer leur contribution au développement et au processus de prise de décision.

Des ministres, des responsables, des représentants du secteur privé et des organisations internationales ont pris part à cet événement, en présence de femmes leaders provenant de secteurs professionnels notamment les secteurs financier, économique, sportif, artistique, culturel, médiatique, entrepreneurial et autres, ainsi que de jeunes étudiantes universitaires.

Revenant sur l’importance de cette rencontre, Dina Abdel-Fattah, fondatrice et présidente du Top 50 Women Forum, explique : « Le sommet a pour objectif de réunir des centaines de femmes qui ont une expérience similaire dans chaque secteur et d’améliorer la communication entre elles afin de les aider à réaliser leurs objectifs et à accroître leur représentation. Il s’agit aussi de leur offrir de multiples occasions d’apprentissage, d’expérience, de réseautage et d’inspiration ».

Dans son allocution, la ministre de la Solidarité sociale, Nevin El-Kabbaj, a déclaré que le sommet, dans son édition actuelle, « renforce le statut des femmes égyptiennes et présente divers modèles d’autonomisation. Il offre également l’opportunité de valoriser l’égalité des sexes et d’accroître la valeur et l’influence des femmes dans la société ».

Pour sa part, Evyenia Sidereas, cheffe adjointe de la mission américaine au Caire, a souligné les progrès réalisés en Egypte en matière d’autonomisation des femmes dans les domaines législatif, professionnel et social. « Nous voulons investir dans le développement professionnel des femmes et des jeunes filles égyptiennes », a-t-elle affirmé. Et d’ajouter : « L’Egypte oeuvre à aider davantage de femmes à accéder à des postes importants. Ainsi, au-delà de notre engagement en faveur de l’autonomisation des femmes et de tous nos programmes de développement, nous travaillons avec le secteur privé et le gouvernement pour améliorer l’environnement du travail et élargir l’accès au financement bancaire et non bancaire, au mentorat, au développement des compétences et aux programmes d’entrepreneuriat ».

La présidente du Conseil national de la femme, Maya Morsi, a souligné que « le plus grand défi pour les femmes égyptiennes est d’accéder au marché du travail. Le Conseil national de la femme travaille sur la qualification des femmes pour le marché du travail en partenariat avec un certain nombre d’organismes ». Elle a poursuivi : Notre rôle est de tracer un avenir pour les filles et les nouvelles générations et de les aider à prendre les bonnes décisions.

Premier forum sur l’emploi

Le sommet a témoigné de plusieurs tables rondes visant notamment à améliorer les opportunités d’évolution professionnelle, d’orientation et de réseautage dans les entreprises liées à chaque secteur pour développer la vie professionnelle et donner aux femmes un plus grand accès aux postes de direction.

Le sommet a également examiné les moyens de diffuser le « code d’éthique » destiné à lutter contre le harcèlement et la violence à l’égard des femmes sur les lieux de travail et d’élargir sa portée pour inclure les écoles et les universités.

Le sommet a vu le lancement du premier forum sur l’emploi intitulé Autonomiser les femmes pour autonomiser l’Egypte, qui vise à explorer les emplois qui conviennent aux femmes et dans lesquels elles ont connu une réussite exceptionnelle. La première édition de l’exposition « Grandes femmes d’Egypte » a également été lancée. L’exposition documente la renaissance qu’ont connue les femmes égyptiennes à travers les époques. Elle renferme la plus grande encyclopédie illustrée des plus importantes figures féminines égyptiennes ayant réalisé du succès dans divers domaines, notamment le droit, le journalisme, le cinéma, le chant et l’enseignement.

 Quelques chiffres sur la représentation des femmes dans les institutions gouvernementales.

Conseil des députés : 22 %

Sénat : 14 %

Conseil des ministres : 20 %

Conseil national des droits de l’homme : 44 %

Parquet administratif : 43 %.

677 femmes occupent des postes de conseillères au sein de l’Autorité du contentieux de l’Etat.

L’Egypte compte 66 femmes juges.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique