Vendredi, 12 avril 2024
International > Monde Arabe >

Le navire Rubymar a coulé après avoir été pris pour cible par les Houthis en mer Rouge : Yémen

Névine Lameï, Samedi, 02 mars 2024

Le groupe yéménite des Houthis a autorisé des travaux de sauvetage au navire britannique en avertissant d'une catastrophe environnementale.

PBC
Cette image satellite prise par Planet Labs PBC montre le navire battant pavillon du Belize Rubymar dans la mer Rouge. Photo : AP

Un navire britannique endommagé par une attaque aux missiles des Houthis, le 18 février dans le golfe d’Aden, a coulé, a affirmé samedi 2 mars le gouvernement au Yémen, avertissant d’une catastrophe environnementale.

Le navire Rubymar, devenu emblématique de la crise de la mer Rouge, après avoir été frappé par un tir attribué aux rebelles houthis, a sombré en mer Rouge, à 16 milles marins à l'ouest de Mocha, une ville portuaire du Yémen sur la mer Rouge, selon les déclarations de la société de sécurité maritime Ambrey, qui a fait état des rapports révélant une deuxième attaque le 29 février.

Le naufrage du navire britannique Rubymar a coïncidé avec des conditions météorologiques difficiles et des vents forts observés en mer au cours des dernières heures, selon l’agence de presse yéménite suite aux déclarations du gouvernement du pays.

La cellule de crise du gouvernement yéménite chargée du navire a expliqué que « le navire provoquerait une catastrophe environnementale dans les eaux territoriales yéménites et la mer Rouge, compte tenu des risques maritimes élevés », soulignant que le résultat était attendu, car le navire s’est abandonné au destin pendant plus de 12 jours et n’a pas répondu aux appels du gouvernement pour éviter la catastrophe.

Il en va de même pour la Grande-Bretagne, qui a mis en garde mercredi 28 février contre « une catastrophe environnementale » suite à l’attaque du groupe yéménite des Houthis de son navire qui porte des engrais combustibles, d’après les déclarations de l'ambassade britannique au Yémen, comme annoncé sur son compte X.

L'ambassade britannique au Yémen a déjà noté un «risque d’une fuite de pétrole du navire dans la mer Rouge », soulignant que « les Houthis doivent cesser leurs attaques aveugles ».

De sa part, le chef Abdul-Malik al-Houthi avait annoncé sur la page officielle du groupe yéménite des Houthis que les opérations du groupe en mer Rouge, en solidarité avec les Palestiniens à Gaza, avaient ciblé un grand nombre de navires, depuis le début des opérations qu'il mène en mer Rouge.

Il s’agit de 54 navires, un nombre très important et considérable, selon Abdul-Malik al-Houthi dont l’objectif consiste à empêcher le mouvement israélien depuis Bab al-Mandab sur la mer Rouge.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique