Vendredi, 12 avril 2024
Economie > Economie >

Les exportateurs de gaz, dont la Russie, se réunissent en Algérie

AFP , Vendredi, 01 mars 2024

s
Les ministres de l’Énergie posent pour une photo avant le septième Forum des pays exportateurs de gaz à Alger. Photo : AP

Les principaux exportateurs de gaz se sont réunis vendredi en Algérie dans un contexte de tensions persistantes sur les marchés depuis l'invasion russe de l'Ukraine, alors qu'une forte croissance de la demande est attendue cette année.

Une réunion ministérielle des représentants des membres du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) s'est tenue dans la matinée à Alger, à la veille d'un sommet de leurs dirigeants auquel sont notamment attendus autour du président algérien Abdelmadjid Tebboune son homologue iranien Ebrahim Raïssi et l'émir du Qatar Tamim ben Hamad al-Thani.

Le GECF, fondé en 2001, réunit 12 pays: Algérie, Qatar, Russie, Iran, Bolivie, Egypte, Guinée équatoriale, Libye, Nigeria, Trinité-et-Tobago, Venezuela et Emirats arabes unis.

Selon ce club, ses membres, et sept autres pays associés, représentent 70% des réserves prouvées de gaz et 51% des exportations mondiales de gaz naturel liquéfié (GNL).

Le ministre algérien de l'Energie Mohamed Arkab a souligné à l'ouverture de la réunion ministérielle la nécessité "d'un dialogue continu et sérieux entre producteurs et consommateurs pour construire une vision prospective commune qui reconnaît le rôle croissant du gaz naturel dans le mix énergétique mondial, en tant que source durable et compétitive à même de garantir la sécurité énergétique".

Dans un résumé de son rapport annuel "Global Gas Outlook 2050" publié jeudi, la GECF a estimé que le gaz naturel "est destiné à rester indispensable pendant des décennies".

"D'ici 2050, la demande de gaz naturel devrait augmenter de manière impressionnante de 34%, faisant considérablement croître sa part dans le mix énergétique mondial, passant de 23% actuellement à 26%".

Dans son dernier rapport trimestriel publié en janvier, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a estimé que la demande mondiale de gaz devrait connaître une "forte croissance" en 2024 comparé à 2023, soutenue par des prévisions de températures plus froides et la baisse des prix.

"Interlocuteur neutre" 

Les marchés du gaz sont sous tension depuis la reprise post-Covid fin 2021 et encore plus depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février 2022, qui a alimenté les importations par la mer de GNL, notamment en provenance des Etats-Unis pour compenser les réductions drastiques de livraisons de gaz russe dans les pipelines vers l'Europe.

Le ministre russe de l'Energie Nikolaï Choulguinov, qui représente son pays au sommet, a affirmé à l'agence officielle algérienne APS que Moscou s'était employé à "enrichir la Déclaration d'Alger", qui doit être adoptée samedi à l'issue des travaux par les participants.

"Nous nous sommes employés à enrichir la Déclaration d'Alger qui sera très importante pour la coordination concernant l'infrastructure gazière et les moyens de la protéger des incidents", a-t-il dit.

L'Algérie est le premier exportateur africain de gaz naturel. Soucieux de diversifier leurs approvisionnements pour réduire leur dépendance aux hydrocarbures russes, plusieurs pays européens --notamment l'Italie-- se sont tournés vers le gaz algérien.

"L'Algérie se voit comme un important acteur diplomatique international, elle veut montrer qu'elle est capable de réunir l'Iran, le Qatar, la Russie en Algérie, qu'elle est un interlocuteur neutre qui peut réunir des pays d'orientations différentes, organiser le sommet fait partie de cela", a estimé auprès de l'AFP l'expert américain, spécialiste du dossier énergie en Afrique du nord, Geoff Porter.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique