Vendredi, 19 avril 2024
Culture > Arts >

Un musicien amérindien happé, à reculons, dans la course aux Oscars

AFP , Lundi, 26 février 2024

Littlefeather
Sacheen Littlefeather, à Los Angeles. Photo : AFP

Scott George habite dans l'Etat américain de l'Oklahoma, où il passe ses semaines à dénicher des logements abordables pour des familles amérindiennes et ses week-ends à chanter dans des festivals du peuple Osage.

Réglée comme du papier à musique, cette routine va être perturbée par un voyage à Los Angeles le mois prochain pour les Oscars, où la chanson qu'il a composée pour Martin Scorsese sera en lice pour un prix, face notamment à Billie Eilish et Mark Ronson.

"Je pense que l'on pourrait utiliser le mot +surréaliste+" pour décrire ce quotidien chamboulé, confie à l'AFP l'artiste.

Scott George est membre du peuple amérindien Osage, dont le sort tragique est au coeur de l'intrigue de "Killers of the Flower Moon", le dernier film de Martin Scorsese.

Il narre les meurtres ayant ciblé ce peuple pour accaparer leurs richesses issues du pétrole, dans l'Oklahoma au début du XXe siècle. Un récit sombre qui semble tout droit sorti de l'esprit de scénaristes d'Hollywood mais qui s'ancre dans des faits bien réels.

Le film est en lice pour dix récompenses lors de la cérémonie des Oscars, le 10 mars. Sa bande originale a été composée par Robbie Robertson, qui est d'origine amérindienne.

Mais Martin Scorsese voulait aussi à tout prix avoir un morceau Osage authentique en clôture de ce long-métrage de plus de trois heures.

 Hymne puissant 

Scott George se souvient quand un de ses camarades musiciens a aperçu le réalisateur dans les gradins lors d'une cérémonie de danse traditionnelle. "Je me suis dit: +Oh wow, il nous regarde", raconte le chanteur. "Donc quand il nous a demandé si on pouvait faire la chanson (du film), on savait de quoi il avait envie."

La première réponse du musicien a malgré tout été de dire non: de nombreuses chansons osages contiennent les noms de vieux guerriers datant de deux ou trois siècles -- "Ce sont les nôtres. Cela nous appartient", justifie Scott George.

Après une série d'échanges avec l'équipe, l'artiste a finalement accepté de composer une chanson originale pour le film.

Le résultat: "Wahzhazhe (A Song for My People)", un hymne puissant de six minutes 30 encourageant le peuple Osage à se relever et à être fier, après avoir survécu à tant d'épreuves.

Le film et la chanson sont arrivés à point nommé pour les anciens, qui se sont lancés dans une campagne visant à éduquer les plus jeunes sur leur histoire et à leur rappeler que "nous ne sommes pas des reliques" du passé, salue Geoffrey Standing Bear, chef de la nation Osage.

 "Musique pour mon peuple" 

Figurer dans la présélection de 15 titres aux Oscars était déjà un exploit pour l'équipe. C'était sans compter sur l'annonce de la nomination du morceau dans la catégorie "meilleure chanson".

"C'est génial, non?", se réjouit l'actrice Lily Gladstone, d'origine améridienne, auprès de l'AFP. "C'était tellement important pour moi qu'une personne Osage soit nommée".

Scott George est plus mitigé.

"Faire de la musique pour mon peuple me fait plaisir", affirme-t-il. "En dehors de ça, c'est un peu plus compliqué... Je ne sais pas exactement ce dont j'ai envie".

Il applaudit toutefois le fait que ce style de musique, souvent "représenté de manière comique dans les dessins animés", soit enfin reconnu comme une forme d'art à part entière.

"On comprend que c'est une niche, et ça le sera probablement toujours un peu. Mais j'espère que les gens pourront l'écouter et en ressentir toute l'énergie", indique-t-il.

Même si cela n'a pas encore été confirmé, Scott George pourrait interpréter sa chanson lors de la cérémonie, comme c'est en général le cas pour les cinq artistes nommés dans cette catégorie.

En attendant, il a déjà assisté à plusieurs événements prestigieux à Hollywood, où il a croisé des "rivaux" comme Billie Eilish ou Jon Batiste.

"L'autre jour, lors d'un appel Zoom, nous étions tous ensemble et j'étais un peu étonné. Je me demandais qui étaient ces gens et ce que je faisais ici", sourit-il.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique