Vendredi, 12 avril 2024
Economie > Economie >

Donnant la priorité aux produits alimentaires, aux médicaments et au fourrage, l’Egypte met en place un plan visant à dédouaner progressivement les marchandises

Chaïmaa Abdel-Hamid, Dimanche, 25 février 2024

le premier ministre égyptien, Mostafa Madbouly, a ordonné le lancement d'un plan visant à libérer progressivement les marchandises accumulées dans les douanes. Le plan vise à garantir la fourniture des produits stratégiques sur le marché et à assurer le financement nécessaire en devises.

d
Des marchandises égyptiennes sur le port de Damiette. Photo : page Facebook de l'Autorité du Port de Damiette

Lors d’une réunion dimanche 25 février, le premier ministre égyptien, Mostafa Madbouly, a ordonné le lancement d'un plan visant à libérer progressivement les marchandises accumulées dans les douanes, estimées à 1,3 milliard de dollars.

Le porte-parole du conseil des ministres, Mohamed Al-Homosani, a déclaré que la réunion a abordé la question de la fourniture des produits stratégiques sur les marchés, ainsi que le financement en devises pour dédouaner ces produits, notamment le blé, l'huile et le lait en poudre.

Pour sa part, le gouverneur de la Banque centrale, Hassan Abdullah, a affirmé qu’un plan de financement en devises des biens stratégiques et des médicaments a été mis en place, et qu'une coordination est déjà en cours avec les ministères et les autorités concernées.

Madbouly a signalé au cours de la réunion qu'il y a déjà eu une baisse des prix du maïs et du soja, et qu'il y aura une surveillance continue du marché pendant cette période.

L'Egypte a signé vendredi un accord historique de plusieurs milliards de dollars sur le développement de la région de Ras Al-Hikma sur la côte nord avec les Émirats arabes unis. Le Premier ministre, Mostafa Madbouly, a déclaré que le nouveau projet injecterait 35 milliards de dollars d'investissements directs étrangers (IDE) dans l'économie d'ici deux mois - la plus grande somme d'IDE de ce type dans l'histoire du pays. 

Les IDE immédiats aideront le pays à surmonter la crise actuelle des devises, a déclaré Madbouly.

Les investissements émiratis tout au long du projet, le plus important du genre dans l'histoire de l'Egypte, devraient atteindre un minimum de 150 milliards de dollars, a déclaré Madbouly.

Un accord important qui intervient à un moment crucial. L'Egypte souffre de l'une des pires crises économiques de son histoire, après que le taux d'inflation annuel ait atteint un niveau record, s’élevant à 35,2 pour cent, entraîné par la baisse de la valeur de la monnaie locale et la pénurie de devises étrangères. La dette extérieure de l'Egypte a de plus triplé au cours de la dernière décennie pour atteindre 164,7 milliards de dollars, selon les chiffres officiels, dont plus de 42 milliards de dollars dus cette année.

Aujourd’hui, le prix du dollar sur le marché parallèle a perdu environ 14 livres égyptiennes et a atteint 49 livres pour un dollar, contre 63 livres mercredi dernier, soit deux jours avant l'annonce de l'accord de Ras Al-Hikma.

Contrôler le marché par la loi 

L’Egypte a connu des vagues successives de hausse des prix de plusieurs produits alimentaires, comme les volailles et le sucre, liées à la rareté du dollar depuis février 2022 suite à la guerre russo-ukrainienne. Ce qui a incité le gouvernement à imposer des restrictions sur les importations. En octobre, le gouvernement a décidé d’exonérer des droits de douane, pendant 6 mois, 12 produits alimentaires dont les volailles, les produits laitiers, le beurre, le fromage, le thé et les huiles végétales.

Sur un autre volet, afin de faire face aux comportements abusifs de certains commerçants, le Conseil des députés a modifié l'article 71 de la loi sur la protection des consommateurs, en durcissant la peine prévue en cas de monopole de biens stratégiques sur le marché local. Selon l’amendement, une peine d'emprisonnement d'au moins un an et une amende pouvant aller jusqu'à 3 millions de livres est prévue en cas d’activités monopolistiques. Cette somme peut être doublée en cas de récidive. Tout propriétaire de magasin, cachant intentionnellement des produits stratégiques, dans le but d’élever leurs prix, risque l’annulation de la licence de son magasin.

Le 30 décembre 2023, le conseil des ministres a défini les sept produits stratégiques qui seront soumis aux dispositions de la loi sur la protection des consommateurs à savoir le sucre, le riz, le lait, les huiles mélangées, le fromage blanc, les fèves et les pâtes. 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique