Vendredi, 12 avril 2024
Economie > Economie >

L'Irak inaugure une importante raffinerie de pétrole dans le nord

AFP , Vendredi, 23 février 2024

s
Le Premier ministre Mohamed Shia al-Sudani prononce un discours lors d’une cérémonie organisée à l’occasion de la réouverture de la raffinerie de pétrole du Nord à Baiji, au Nord de Bagdad. Photo : AFP

Le Premier ministre irakien a inauguré vendredi une importante raffinerie de pétrole à Baïji dans le nord du pays riche en hydrocarbures, nouveau projet devant permettre au gouvernement de réduire sa dépendance aux importations de carburants.

Cette unité de raffinement, dotée d'une capacité de traitement de 150.000 barils par jour (bpj), avait été réduite à un tas de ruines lors des combats ayant opposé les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) aux forces de sécurité irakiennes entre juin 2014 et octobre 2015, et qui s'étaient soldés par l'éviction du groupe jihadiste hors de Baïji.

Saluant un "projet vital", le Premier ministre Mohamed Chia al-Soudani a assuré vendredi que la raffinerie était un pas de plus vers l'auto-suffisance, et devait aider le pays à "cesser toute importation de dérivés pétroliers", un objectif que les autorités espèrent atteindre d'ici mi-2025, via le lancement d'infrastructures supplémentaires.

"Malheureusement, l'Irak qui est connu pour ses richesses pétrolières et produit quatre millions de barils par jour, importe des dérivés pétroliers", a rappelé le chef du gouvernement, lors d'une cérémonie d'inauguration diffusée à la télévision publique.

Ravagé par des décennies de conflits ayant mis à genoux ses infrastructures, l'Irak importe environ la moitié de ses besoins en carburants, essence et autres dérivés pétroliers, selon les autorités.

Baïji et sa région, à 200 km au nord de Bagdad, fut un temps la vitrine industrielle de l'Irak, avec plusieurs raffineries et centrales thermiques ainsi qu'un noeud ferroviaire et un carrefour d'oléoducs. La ville a ensuite connu d'importants pillages et Baïji a été déclarée zone sinistrée par le Parlement en 2016.

Le complexe, construit en 1975, pouvait raffiner avant la guerre entre 250.000 barils et 300.000 quotidiennement.

Aujourd'hui, après l'inauguration de vendredi, "la capacité de raffinement effective" du complexe est de 250.000 bpj par jour, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère du Pétrole Assem Jihad, rappelant que ces dernières années deux unités de traitement avaient déjà été remises en service.

Par ailleurs "les raffineries du sud ont été développées avec l'ajout de nouvelles unités, et elles ont atteint une capacité de raffinement de 280.000 bpj", a-t-il ajouté, en allusion aux raffineries de Bassora.

En avril 2023, les autorités ont inauguré une raffinerie à Kerbala (centre), qui à terme doit atteindre une capacité de traitement de 140.000 bpj.

L'Irak est le deuxième producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avec près de 4 millions de barils par jour (bpj). L'or noir représente 90% de ses revenus.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique