Lundi, 15 avril 2024
International > Monde Arabe >

Netanyahu propose un plan pour l'après-guerre avec des responsables locaux : médias

AFP , Vendredi, 23 février 2024

Israël ira de l'avant avec son projet déjà en cours d'établissement d'une zone tampon de sécurité du côté palestinien de la frontière de la bande de Gaza, malgré l'opposition amércaine.

s
Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu. Photo : AP

Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a proposé un plan pour l'après-guerre dans la bande de Gaza prévoyant la gestion du territoire par des responsables palestiniens locaux, ont rapporté vendredi 23 février les médias israéliens.

La proposition en plusieurs points, que Netanyahu a soumise jeudi soir au cabinet de sécurité du gouvernement, rappelle en préambule les objectifs de l'armée à Gaza: démantèlement du Hamas et du Jihad islamique, et libération de tous les prisonnierss encore retenus.

Les affaires civiles de Gaza seront gérées par des « fonctionnaires locaux ayant une expérience administrative » et qui ne sont pas « liés à des pays ou à des entités qui soutiennent le terrorisme », a rapporté The Times of Israel en citant des éléments clés du plan.

Le projet ne mentionne pas l'Autorité palestinienne, au pouvoir en Cisjordanie occupée, mais n'exclut pas non plus explicitement sa participation à la gestion de Gaza.

Même après la fin de la guerre, l'armée israélienne aura la liberté d'opérer dans toute la bande de Gaza pour « empêcher toute résurgence de l'activité terroriste ».

« Le plan stipule qu'Israël ira de l'avant avec son projet déjà en cours d'établissement d'une zone tampon de sécurité du côté palestinien de la frontière de la bande de Gaza », indique le rapport, ajoutant que la zone restera en place « tant qu'il y aura un besoin de sécurité ».

Cette disposition est en contradiction avec la vision de l'Administration américaine qui s'oppose à une réduction du territoire palestinien après la guerre.

Le texte envisage également un contrôle sécuritaire israélien « sur toute la zone à l'ouest de la Jordanie » depuis la terre, la mer et l'air « pour empêcher le renforcement des éléments terroristes en (Cisjordanie occupée) et dans la bande de Gaza et pour contrecarrer les menaces (...) sur Israël ».

Il prévoit la « démilitarisation complète de Gaza (...) au-delà de ce qui est nécessaire pour les besoins du maintien de l'ordre », ainsi que « la déradicalisation dans toutes les institutions religieuses, éducatives et sociales de Gaza ».

Le plan prévoit également le démantèlement de l'agence des Nations-Unies pour le soutien des réfugiés palestiniens (UNRWA), dont plusieurs employés ont été accusés par Israël d'avoir participé à l'attaque du 7 octobre.

Concernant la frontière entre l'Egypte et la bande de Gaza, le plan prévoit un « bouclage » de la frontière avec l'Egypte pour empêcher la reprise de toute activité terroriste ou de contrebande.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique