Vendredi, 19 avril 2024
International > Monde Arabe >

Frappes israéliennes sur Rafah, pourparlers pour une trêve à Gaza

AFP , Jeudi, 22 février 2024

s
Les décombres de la mosquée al-Faruq, après une frappe aérienne israélienne de nuit dans le camp de réfugiés de Rafah dans le sud de la bande de Gaza. Photo : AFP

Israël a bombardé jeudi la ville surpeuplée de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, où l'armée prépare une offensive terrestre, pendant que se poursuivent des pourparlers compliqués pour tenter d'instaurer une trêve dans le territoire palestinien.

Les bombardements ont fait 97 morts en 24 heures, selon le ministère de la Santé de Gaza, à travers le territoire, assiégé par Israël depuis le début de la guerre contre le mouvement Hamas, le 7 octobre et plongé dans une catastrophe humanitaire majeure.

Selon l'ONU, 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population, y sont menacées de famine.

Pour tenter de sortir de l'impasse les discussions sur une trêve, le conseiller du président américain Joe Biden pour le Moyen-Orient, Brett McGurk, est attendu jeudi en Israël, après une étape au Caire où le chef du bureau politique du Hamas, Ismaïl Haniyeh, s'est aussi rendu cette semaine.

La communauté internationale s'inquiète notamment du sort de près d'un million et demi de Palestiniens, selon l'ONU, massés à Rafah après avoir fui les combats et piégés contre la frontière fermée avec l'Egypte.

Une mosquée détruite 

Dans la nuit de mercredi à jeudi, l'aviation israélienne y a mené une dizaine de frappes, selon un journaliste de l'AFP. Des bombardements ont aussi visé Khan Younès, à quelques kilomètres plus au nord.

"J'ai été réveillé par une énorme explosion, comme un tremblement de terre. Il y avait des flammes, de la fumée, des explosions, de la poussière partout", a témoigné à Rafah Rami Al-Shaer, un rescapé âgé de 21 ans.

"Toute la nuit il y a eu des tirs de chars et des frappes. Ils ont détruit Rafah. Les juifs veulent faire partir les gens de Rafah et préparent une attaque terrestre", a-t-il ajouté.

Dans cette ville, les bombardements ont détruit la mosquée al-Faruq, dont il ne restait que le minaret dressé au milieu des ruines.

"A minuit, nous avons été surpris par un appel à évacuer parce que les environs étaient pris pour cible", a raconté à l'AFP Mohamad Abu Khosa, un homme originaire de Khan Younès déplacé à Rafah, ajoutant que l'armée avait "visé la mosquée avec deux missiles".

"Une zone habitée d'un demi kilomètre carré a été complètement détruite", selon un autre réfugié, Ahmad Abu Mousa.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a annoncé une prochaine offensive terrestre sur Rafah, afin de vaincre le Hamas dans son "dernier bastion" et libérer les otages détenus à Gaza.

 Une trêve de six semaines

Face à un bilan humain qui ne cesse de s'alourdir, de nouvelles discussions ont commencé autour d'un plan élaboré par le Qatar, les Etats-Unis et l'Egypte, dont la première phase prévoit une trêve de six semaines, associée à un échange d'otages contre des prisonniers palestiniens détenus par Israël et à l'entrée à Gaza d'une importante quantité d'aide humanitaire.

"Nous voulons qu'un accord soit trouvé (...) le plus rapidement possible", a déclaré le porte-parole du département d'Etat américain, Matthew Miller.

Selon Israël, 130 otages sont encore détenus à Gaza, dont 30 seraient morts.

Hamas réclame un cessez-le-feu, un retrait israélien de Gaza, la fin du blocus israélien en place depuis 2007 et un abri sûr pour les centaines de milliers de civils déplacés par la guerre.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique