Dimanche, 19 mai 2024
International > Monde Arabe >

Famine attendue, violences et milliers de morts: les ONG dénoncent la "crise oubliée" au Soudan

AFP , Vendredi, 16 février 2024

Darfour
Des personnes déplacées soudanaises se rassemblent dans le camp de réfugiés de Zam Zam, à l’extérieur de la ville d’El-Fashir, dans la région du Darfour, au cours d’une visite de responsables de l’ONU. Photo : AP

Shakir Elhassan a dû tout abandonner, avec femme et enfants, au début de la guerre au Soudan. Déplacé interne comme des millions de compatriotes, cet employé de l'ONG Care international dénonce une "crise oubliée", alors que les risques de famine se profilent.

Lui et les siens ont d'abord fui Khartoum pour Wad Madani, à 180 km au sud de la capitale, après le début en avril de combats meurtriers entre l'armée soudanaise et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR).

Mais mi-décembre, cette ville, devenue "hub humanitaire" pour la région selon l'ONU, a subi les attaques des paramilitaires. Shakir Elhassan raconte en être parti "avec pour seules affaires les vêtements" qu'il portait.

"Sur le bord de la route, des milliers de personnes en état de choc, essentiellement des femmes et des enfants, fuyaient les combats à pied", se souvient-il, interrogé par téléphone par l'AFP.

Chargé de communication pour Care international au Soudan, Shakir Elhassan a connu la triste expérience de devenir lui-même déplacé interne dans son pays, avec son épouse et ses trois enfants.

À Kassala, capitale de l'État du même nom située à 50 km de la frontière érythréenne où il vit désormais, il constate l'arrivée incessante d'autres déplacés "épuisés, affamés et malades pour beaucoup", contraints de "survivre dans des abris de fortune, sans ressources".

Dans ces conditions, ces populations sont souvent en proie aux épidémies de dengue ou de choléra.

Témoin impuissant des "besoins sans précédent" de son peuple, Shakir Elhassan dénonce une "catastrophe oubliée" du monde. À l'instar de toute la communauté humanitaire.

"Tout vendu" 

Depuis le 15 avril, quand le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhane et son adjoint devenu rival et patron des FSR, Mohamed Hamdan Daglo, ont démarré leur guerre, des milliers de civils ont été tués, dont entre 10.000 et 15.000 dans une seule ville du Darfour, selon les experts de l'ONU. Près de huit millions de personnes, dont la moitié d'enfants, ont fui leur foyer.

Plus de la moitié des 48 millions de Soudanais, environ 25 millions de personnes, ont besoin d'assistance, dont 18 millions sont confrontés à une insécurité alimentaire aiguë, déplore l'ONU.

Après dix mois sans travail, et donc sans salaire, "les gens ont vendu tout ce qu'ils possédaient", dans un pays où l'inflation était déjà à trois chiffres avant la guerre, observe William Carter, directeur du Norwegian refugee council (NRC) au Soudan

La situation est devenue inextricable pour eux avec des prix "extrêmement élevés" et des boulangers qui "ne produisent même pas la moitié de leur capacité car ils n'ont ni farine ni blé", dit-il.

À peine rentré du Darfour, région déjà ravagée par des décennies de violences ethniques, M. Carter se dit "frappé" par "l'urgence alimentaire" qu'il a constatée.

"Si rien n'est fait, on va droit vers une famine", s'alarmait mercredi l'ONG Solidarités internationales.

"Ce sera la plus grande crise humanitaire qu'a jamais connu le Soudan", l'un des pays les plus pauvres au monde, insiste auprès de l'AFP Justine Muzik Piquemal, directrice régionale de l'ONG.

"S'il n'y pas de nourriture importée par voie humanitaire, les gens n'auront rien car il n'y a rien sur les marchés", tonne-t-elle, "les gens vont mourir de faim."

Début février, Médecins sans frontières (MSF)constatait déjà la mort d'au moins un enfant toutes les deux heures dans le camp de Zamzam au Darfour, où vivent entre 300.000 et 500.000 déplacés.

- "Mal absolu" -

"Les enfants souffrant de malnutrition sévère qui ne sont pas encore décédés risquent de mourir dans les trois à six semaines s'ils ne sont pas soignés", avertissait encore MSF.

Selon l'Unicef, sans soutien international supplémentaire, "il est probable que des dizaines de milliers (d'enfants) meurent" au Soudan. "Nous risquons de perdre toute une génération", se désespère Deepmala Mahla, directrice humanitaire pour Care international.

Coordinatrice humanitaire de l'ONU au Soudan, Clémentine Nkweta-Salami se disait en novembre "à court de mots pour décrire les horreurs qui s'(y) produisent".

"Ce qui se passe frôle le mal absolu", disait-elle, citant des enfants "pris dans les tirs croisés" ou des petites filles violées devant leur mère.

"Quand on voit les montants débloqués en Ukraine, on n'est pas du tout dans les mêmes ordres de grandeur", dénonce Alice Verrier, en charge du Soudan chez Première Urgence Internationale. "La crise soudanaise est complètement oubliée."

L'ONU vient de lancer en février un appel de fonds de 4,1 milliards de dollars pour répondre cette année aux besoins humanitaires des Soudanais, dans leur pays et les pays voisins. En 2023, elle n'avait reçu que la moitié des financements demandés.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique