Dimanche, 21 avril 2024
Egypte > Education >

Le ministère égyptien de l’Education interdit de percevoir des frais de scolarité en devises étrangères

Rim Darwich , Jeudi, 01 février 2024

Selon l’Agence centrale pour la mobilisation publique et les statistiques (CAPMAS), le nombre d’élèves a atteint 28 millions pour l’année scolaire 2022-2023, dont 83% sont enregistrés dans les écoles publiques et 17% dans les écoles privées.

s
Le ministère égyptien de l'Education Photo: Site Internet du ministère

Le ministère de l’Education et de l'Enseignement technique a réitéré l’interdiction aux écoles privées enseignant des systèmes « internationaux » de percevoir des frais en devises étrangères en échange de l’accréditation des diplômes ou de l’enregistrement aux examens, ce qui constitue une infraction à la loi de la Banque Centrale d’Egypte, selon un communiqué du ministère publié le jeudi 1er février.

« La collecte de sommes en devises étrangères est une infraction à la loi de la Banque Centrale d'Egypte et l’école sera déférée aux autorités compétentes pour appliquer les sanctions prévues par la loi », ajoute le communiqué.

Le ministère a reçu des plaintes de la part de parents d’élèves assurant que certaines écoles internationales perçoivent des frais pour l’accréditation des diplômes (américains, français, britanniques et autres), dépassant les sommes officiellement approuvées par le ministère et dans certains cas en devises étrangères, précise le communiqué.

Le communiqué affirme également qu'en cas de preuve de l'infraction, l'établissement « sera soumis à une supervision financière et administrative de la part du haut comité des affaires des écoles internationales pour étudier les sanctions convenables qui peuvent atteindre l’annulation de la licence de l’enseignement des programmes internationaux ».

Selon le dernier rapport de l’Agence centrale pour la mobilisation publique et les statistiques (CAPMAS) issu en novembre 2023, presque 1,96 million d'étudiants sont enregistrés dans des écoles privées (y compris internationales) au cours de l'année scolaire 2022-2023 constituant 17% d'un total de 28 millions d'élèves.

En Egypte, les systèmes d’enseignement proposés sont très variés et les frais varient énormément entre les écoles publiques et les écoles privées et écoles privées internationales.

Les écoles internationales aux frais très élevés ne sont abordables que par l’élite de la société égyptienne.

« Cette année nous avons un grand problème à cause des frais en euros réclamés par l’école pour passer les examens et obtenir le diplôme », s’alarme un parent d’élève dans une école internationale et qui a requis l’anonymat.

Les écoles exigent des parents de payer ces frais en devises étrangères pour payer leurs homologations et les frais des examens aux entités étrangères.

« Durant les années passées, l’école nous donnait une lettre adressée aux banques pour obtenir la somme en euros, cette année l’école ne nous a rien donné et les banques refusent de donner des sommes en devises étrangères », se plaint le parent.

Ahraminfo a essayé de contacter des responsables dans diverses écoles internationales, mais ils ont refusé de faire des déclarations.

L'Egypte souffre d'une pénurie de devises étrangères à tel point que le dollar américain est échangé à plus de 70 livres égyptiennes sur le marché parallèle, alors que le taux de change officiel reste autour de 31 livres égyptiennes.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique