Mercredi, 17 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

En Iraq, une double présence à haut risque

Sabah Sabet , Mercredi, 31 janvier 2024

Qui sont les milices pro-iraniennes qui mènent des opérations contre des bases américaines ? Et quel est le rôle de la coalition ? Eléments de réponse.

En Iraq, une double présence à haut risque

C’est l’une des conséquences de la guerre de Gaza. En Iraq et en Syrie, les bases américaines chargées de lutter contre Daech sont la cible de factions armées pro-iraniennes. Ces factions tirent des roquettes et des drones sur les Américains en représailles à leur soutien à Israël. Ainsi, plus de 150 frappes de drones ou tirs de roquettes ont visé les soldats américains et ceux de la coalition en Iraq et en Syrie depuis la mi-octobre. En effet, la coalition internationale, dirigée par Washington, ainsi que les troupes américaines sont présentes en Iraq depuis 2014 pour lutter contre Daech. Washington déploie 2 500 soldats en Iraq et 900 en Syrie dans la coalition qui comprend plusieurs pays et qui a été créée lorsque Daech contrôlait de vastes zones en Iraq et en Syrie. La première étape des discussions bilatérales entre Bagdad et Washington à propos de l’avenir de la coalition a été lancée samedi dernier par le premier ministre iraqien, Mohamed Chia al-Soudani. Ce dernier espère une « réduction progressive » du nombre de soldats étrangers en Iraq jusqu’à « mettre fin » à leur mission et une « transition vers des relations bilatérales en matière de sécurité entre l’Iraq, les Etats-Unis et les pays partenaires de la coalition ».

Parallèlement, l’Iraq abrite aussi des milices armées pro-Iran. Al Hachd al-Chaabi (PMF) ou « Forces de mobilisation populaire » est une coalition paramilitaire de milices, en majorité chiites, formée en 2014 en Iraq, après un appel lancé aux citoyens par le grand ayatollah, Ali Sistani – la plus haute autorité religieuse chiite du pays – pour lutter contre Daech. Elle est composée de plusieurs dizaines de factions armées différentes, pour la plupart des groupes chiites pro-iraniens, mais elles comprennent également des groupes de confession sunnite, chrétienne et yézidie. Intégrée aux forces armées iraqiennes depuis 2016, cette coalition agit le plus souvent, dans les faits, de manière autonome et prend ses ordres directement de Téhéran.

Kataeb Hezbollah (les brigades du parti de Dieu) est la plus puissante des milices qui forment le Hachd al-Chaabi. Elle n’est pas directement liée au Hezbollah libanais. Classées groupe « terroriste » par Washington et visées par des sanctions, les Brigades du Hezbollah ont déjà été ciblées ces dernières semaines par des bombardements américains. Le groupe a publiquement affiché sa participation et son soutien aux actions hostiles à la présence militaire américaine en Iraq et à Israël. La Résistance islamique en Iraq, autre groupe regroupant plusieurs factions chiites en Iraq, a revendiqué plusieurs attaques contre des bases militaires iraqiennes abritant des troupes américaines. Depuis le 18 octobre, il a mené neuf attaques de drones et de roquettes contre des cibles américaines.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique