Vendredi, 24 mai 2024
Egypte > Politique >

L'Egypte réaffirme sa solidarité avec la Somalie contre les tentatives de violation de sa souveraineté et de son intégrité territoriale

Rim Darwich , Jeudi, 18 janvier 2024

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, s'est entretenu avec le ministre des Affaires étrangères par intérim de la Somalie, Ali Mohamed Omar dès son arrivée au 19ème sommet du Mouvement des non-alignés à Kampala.

s
Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry et le ministre des Affaires étrangères par intérim de la Somalie, Ali Mohamed Omar Photo: Page officielle du ministère des Affaires étrangères

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a rencontré le ministre des Affaires étrangères par intérim de la Somalie, Ali Mohamed Omar, jeudi 18 janvier, lors de sa visite dans la capitale ougandaise, Kampala, pour participer au Sommet des pays non-alignés, selon la page officielle du ministère égyptien des Affaires étrangères.

« Shoukry a souligné l'importance que l'Egypte attache aux relations avec la Somalie en raison des liens historiques profonds qui existent entre les deux pays aux niveaux populaire et officiel, soulignant la solidarité de l'Egypte avec la Somalie contre les tentatives de violation de sa souveraineté et de son intégrité territoriale », annonce le porte-parole officiel du ministère des Affaires étrangères, Ahmed Abou-Zeid.

« Shoukry a tenu à souligner l'importance que l'Egypte attache à la sécurité et à la stabilité de la Somalie, ainsi que sa volonté d’aider la Somalie à renforcer ses cadres nationaux, à mettre en œuvre ses plans de développement et à renforcer sa stabilité », assure Abou-Zeid.

Le responsable somalien a salué la déclaration faite par la réunion extraordinaire des ministres arabes des Affaires étrangères, exprimant la solidarité des pays arabes frères avec la Somalie, et a salué les positions de nombreux pays africains en faveur de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Somalie, selon le communiqué. 

L’Egypte appelle à respecter la souveraineté de la Somalie

Dans un communiqué publié le 3 janvier par le ministère égyptien des Affaires étrangères, l'Egypte avait souligné la nécessité de respecter les principes fondateurs de la loi de l'Union africaine, notamment la défense de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et de l'indépendance des Etats membres, ainsi que les principes de l'Union, qui stipulent la nécessité de respecter les frontières existantes.

« Il est impératif de respecter pleinement l'unité et la souveraineté de la République fédérale de Somalie sur tous ses territoires », a affirmé le communiqué.

L’Egypte refuse catégoriquement toute mesure qui porterait atteinte à la souveraineté somalienne, a indiqué le communiqué en soulignant le droit de la Somalie et de ses citoyens à bénéficier de ses ressources.

L'Egypte a appelé à respecter les valeurs et les principes de coopération et d'action commune afin de réaliser les intérêts des peuples de la région et éviter toute mesure unilatérale qui accroit les tensions et expose les intérêts des pays de la région et leur sécurité nationale aux risques et aux menaces.

Dans le même cadre, le président égyptien, Abdel-Fattah Al-Sissi, avait affirmé, mardi 2 janvier, la position ferme de l'Egypte dans son soutien à la sécurité et à la stabilité de la Somalie, lors d’un appel téléphonique avec le président somalien, Hassan Sheikh Mohamud.

Cet appel faisait suite à l’accord entre l'Ethiopie et la République autoproclamée du Somaliland - née de la sécession d'avec Mogadiscio en 1991 – qui a été signé le 1er janvier, en vue « d'ouvrir la voie à la réalisation des aspirations de l'Ethiopie de sécuriser son accès à la mer et de diversifier son accès aux ports maritimes ».

Dans ce même contexte, le patron de la Ligue arabe, Ahmed Aboul-Gheit, a dénoncé mercredi 17 janvier l'accord maritime signé entre l'Ethiopie et la région séparatiste du Somaliland comme « une attaque » visant la Somalie, l'un de ses pays membres.

Cet accord, a dit Aboul Gheit à l'ouverture d'une réunion extraordinaire des ministres arabes des Affaires étrangères tenue en ligne le 17 janvier, est « une violente attaque contre les valeurs arabes, africaines et internationales » et une « violation claire du droit international ».

Avec ce protocole d'accord signé le 1er janvier, la région du Somaliland entend octroyer à l'Ethiopie l'accès à 20 kilomètres de ses côtes pour une durée de 50 ans, via un accord de leasing (location).

Addis Abeba a indiqué que cela lui permettra de bénéficier d'une base navale permanente (...) et de services maritimes commerciaux sur le golfe d'Aden.

Le gouvernement somalien, qui n'a que peu d'autorité sur le Somaliland, a promis de s'opposer par tous les moyens légaux à ce qu'il considère comme une « agression » et une « violation flagrante de sa souveraineté ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique