Jeudi, 25 avril 2024
Economie > Energie >

L'augmentation de la demande mondiale de pétrole devrait ralentir en 2024: Agence internationale de l'Energie

Racha Darwich , Jeudi, 18 janvier 2024

L’offre mondiale de pétrole devrait augmenter de 1,5 Mb/jour pour atteindre un nouveau sommet de 103,5 Mb/jour, alimentée par la production record des Etats-Unis, du Brésil, de la Guyane et du Canada.

s
L'Agence Internationale de l'Energie publie un rapport mensuel sur le marché pétrolier. Photo: Page Facebook de l'Agence Internationale de l'Energie.

Dans son rapport mensuel de janvier 2024, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), révèle que la hausse de la demande mondiale sur le pétrole devrait diminuer de moitié et passer de 2,3 Mb/j en 2023 à 1,2 Mb/j cette année en raison d’une croissance du PIB mondiale inférieure aux prévisions et l’amélioration de l’efficacité énergétique et de l’électrification du parc automobile. Au cours de l’année 2023, le rythme de croissance de la demande hors de Chine a considérablement ralenti, à environ 300 kb/j en moyenne au cours du 2S23. La Chine continuera à dominer la croissance de la demande sur le pétrole en 2024, son secteur pétrochimique en expansion gagnant une part toujours plus importante.

La croissance de la demande mondiale de pétrole avait ralenti à 1,7 mb/j en glissement annuel au 4T23 – bien en dessous du taux de 3,2 mb/j enregistré au cours des 2T23 et 3T23, indique le rapport.

D’autre part, le rapport précise que l’offre mondiale de pétrole devrait augmenter de 1,5 Mb/j pour atteindre un nouveau sommet de 103,5 Mb/j, alimentée par la production record des Etats-Unis, du Brésil, de la Guyane et du Canada. La production non OPEP+ dominera la croissance cette année, représentant près de 1,5 mb/j. En revanche, l’offre de l’OPEP+ devrait rester globalement stable par rapport à l’année dernière, en supposant que les réductions volontaires supplémentaires qui ont commencé ce mois-ci soient progressivement supprimées au 2T24.

Selon le rapport, le risque d’une perturbation de l’approvisionnement mondial en pétrole en raison du conflit au Moyen-Orient reste élevé, en particulier pour les flux pétroliers via la mer Rouge et, surtout, le canal de Suez. En 2023, environ 10 % du commerce maritime mondial de pétrole, soit environ 7,2 mb/j de brut et de produits pétroliers, et 8 % du commerce mondial de GNL transitaient par cette route commerciale majeure. La principale route de navigation alternative autour du Cap de Bonne-Espérance en Afrique prolonge les voyages jusqu'à deux semaines, ce qui ajoute de la pression sur les chaînes d'approvisionnement mondiales et augmente les coûts de fret et d'assurance.

Enfin, le rapport conclut que l’AIE, comme toujours, est prête à réagir de manière décisive en cas de rupture d’approvisionnement et si le marché mondial du pétrole a besoin de barils supplémentaires. Les pays membres de l’AIE détiennent collectivement des stocks d’environ 4 milliards de barils, dont 1,2 milliard de barils de stocks contrôlés par les gouvernements, détenus exclusivement en cas d’urgence. Ce tampon devrait contribuer à apaiser la nervosité du marché et l’angoisse parmi les gouvernements, les industries et les consommateurs d’énergie.

Le rapport de l'AIE sur le marché pétrolier (OMR) est l'une des sources de données, de prévisions et d'analyses les plus fiables et les plus actuelles au monde sur le marché pétrolier mondial – comprenant des statistiques détaillées et des commentaires sur l'offre, la demande, les stocks, les prix et l'activité de raffinage du pétrole, ainsi que détenu sur le commerce du pétrole pour l'AIE et certains pays non membres de l'AIE.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique