Lundi, 15 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Panorama africain >

Le thé d’Afrique face au changement climatique

Amira Samir , Mercredi, 17 janvier 2024

L’Afrique est un grand producteur de thé dans le monde. Cependant, le secteur fait face à d’importants défis.

Le thé d’Afrique face au changement climatique

La production du thé représente une industrie agricole d’une grande importance en Afrique. Le continent figure parmi les grands producteurs de thé au monde, comptant pour plus de 30 % de la production mondiale, soit quelque 514 742 tonnes. La valeur des exportations du thé africain était de 1,8 milliard de dollars en 2022.

Troisième pays producteur de thé au monde et principal exportateur africain, le Kenya exportait pour une valeur de 1,01 milliard de dollars en 2023, contre 932 millions de dollars l’année précédente. Cette matière première constitue une monnaie d’échange majeure pour le Kenya et les autres pays qui forment la « Ceinture africaine du thé », qui comprend également le Malawi, la Tanzanie et le Zimbabwe. Cette « ceinture » est l’une des principales régions de production mondiale, aux côtés des pays asiatiques, notamment la Chine et l’Inde, les principaux producteurs mondiaux de thé. Les pays de la « Ceinture du thé », à l’est du continent, exportent environ 70 % de leur production. Ils cherchent à renforcer leur présence sur le marché mondial en augmentant leur production et en unifiant leurs politiques d’exportation et de commercialisation. Les 4 pays prévoient l’augmentation de leur production de thé à plus d’un million de tonnes d’ici 2030. Ils exportent une partie importante de leur production vers l’Europe, le Moyen-Orient et l’Amérique du Nord.

Thé aux saveurs corsées

Le thé africain est généralement un thé noir qui se distingue par des arômes puissants et corsés. Les thés kényans sont très brillants, colorés, avec une teinte cuivrée rougeâtre et une saveur vive et agréable. Ils sont également mélangés à de nombreuses marques britanniques célèbres. Une autre particularité du continent africain est le thé rouge ou rooibos qui connaît un grand succès et s’exporte aux quatre coins du globe. Le rooibos est produit dans les montagnes du Cap en Afrique du Sud. Ce thé de sublime couleur rouge orangé est une boisson sucrée au délicat goût de noisette qui se consomme nature ou avec du lait. En effet, le thé rouge africain ne contient aucune théine. Ainsi, il peut être consommé tout au long de la journée sans aucune restriction. Le rooibos présente de nombreux bienfaits pour la santé et est utilisé pour traiter de nombreuses maladies : eczéma, asthme, insomnie ou encore les coliques. Il est principalement riche en polyphénols, ce qui le place parmi les antioxydants.

Bien que l’Afrique soit un important producteur et exportateur de thé, la consommation de thé dans le continent est relativement faible. Selon le Comité international de thé, la consommation de thé en Afrique ne représente qu’environ 6 % de la consommation mondiale. Les principaux consommateurs de thé dans le continent sont l’Egypte, le Maroc et l’Afrique du Sud.

Le prix du thé en Afrique est déterminé en fonction d’un certain nombre de facteurs, notamment l’offre et la demande mondiales (variées selon la qualité, le grade et l’origine), les conditions météorologiques et la dynamique du marché local. Ces dernières années, le prix du thé en Afrique est resté relativement stable, avec des prix généralement compris entre 2 et 3 dollars le kilogramme.

Le défi du changement climatique

Dans de nombreux pays africains, l’industrie de thé offre des opportunités d’emploi à des centaines de milliers de personnes. Toutefois, le secteur du thé en Afrique est confronté à divers défis, notamment le changement climatique, la faible productivité et la concurrence d’autres pays producteurs de thé. En plus, la faiblesse des infrastructures, notamment les routes, les installations de stockage et de conditionnement, ainsi que d’autres éléments de soutien à la commercialisation contribuent à entraver la production et l’exportation.

Mais, le défi le plus important auquel sont confrontés les efforts des pays d’Afrique de l’Est, qui visent à augmenter le volume de leur production et leur présence sur les marchés mondiaux, est celui du changement climatique, car la plupart des pays de la région productrice de thé sont confrontés à des sécheresses majeures et des fluctuations notables des taux de précipitations, ce qui affecte négativement les cultures.

Selon Tahseen Shoala, expert en environnement, les pays producteurs doivent changer leurs stratégies agricoles, afin de faire face à l’impact des changements climatiques dévastateurs. « Le changement climatique a eu un impact négatif sur la production des pays d’Afrique de l’Est. Au Kenya, la production de thé a diminué de 50 %, car elle nécessite une certaine nature et une certaine teneur en humidité. Le déséquilibre des températures a entraîné la chute des fleurs des fruits, et donc une diminution de la production et du rendement. Les changements climatiques ont eu un impact négatif sur l’économie kényane, qui dépend en grande partie de la culture, de l’industrie et de l’exportation du thé. Le thé kényan est la principale source de devises du pays. Plus de 3 millions de personnes travaillent dans l’industrie et la culture du thé au Kenya », souligne l’expert. En bref, la production du thé représente un grand potentiel de croissance et de développement en Afrique.

 Traditions du thé en Afrique

Kenya

Le Kenya est le 3e plus grand producteur de thé au monde, derrière la Chine et l’Inde. Les habitants apprécient leur thé avec du lait et du sucre, ou « strunggi » — noir. Une autre boisson populaire est le « tangawizi », avec du gingembre supplémentaire infusé dans les feuilles de thé.

Malawi

Le Malawi abrite les plus anciens théiers d’Afrique, dont beaucoup remontent au XIXe siècle. Le sol du Malawi est d’un rouge riche et l’infusion issue du thé du Malawi est célèbre pour posséder une teinte rouge tout aussi vibrante.

Afrique du Sud

Le rooibos, le plus célèbre d’Afrique du Sud, également connu sous le nom de thé à la rose rouge, de thé au trèfle rouge et de thé de brousse, est, en effet, une plante poussant dans la région du Cap-Occidental.

Afrique du Nord

La plupart du thé bu en Afrique du Nord suit une recette de base largement suivie dans tout le Maghreb. Les feuilles vertes, historiquement importées de Chine, sont infusées pendant 15 minutes et combinées avec du sucre, de la menthe verte et parfois des pignons de pin.

Sénégal

Le thé sénégalais est soumis à l’une des cérémonies les plus strictes du continent. Attaya, comme on l’appelle en wolof, est une affaire strictement réservée aux adultes et peut prendre plusieurs heures. Chauffé si possible sur un poêle à charbon, le thé est versé plusieurs fois pour créer une mousse dans le verre. Seuls trois verres sont utilisés quel que soit le nombre de buveurs, chacun boit donc son thé le plus rapidement possible en signe de respect.

Ethiopie

Connue pour son café, l’Ethiopie produit également un excellent thé, depuis seulement un peu moins de 100 ans. En Ethiopie, le thé épicé est très apprécié, et il peut être préparé avec ou sans thé noir, et toujours sans lait ni sucre.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique