Lundi, 15 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Un cinéma européen provocateur

May Sélim, Mercredi, 10 janvier 2024

La 16e édition du Panorama du film européen se déroule du 11 au 20 janvier. Une édition rebelle par ses films et son hommage au réalisateur finlandais Aki Kaurismaki. Sélection.

Un cinéma européen provocateur
Moi, Capitaine.

La nouvelle année 2024 s’annonce cinématographique. La 16e édition du Festival du panorama du film européen se déroule du 11 au 20 janvier avec une projection de 45 films répartis en 8 sections. Des films venus des quatre coins du vieux continent et qui ont déjà fait leurs premières dans les festivals internationaux : Cannes, Karlovy Vary, Venise, Berlinale et autres et dont certains ont été primés et acclamés par les critiques et les cinéphiles. Les projections auront lieu dans les salles Zawya, Zamalek, Point 90 et Arkan, ainsi qu’aux centres jésuites de Minya et d’Alexandrie.

Cette année, le Panorama du film européen rend hommage au réalisateur finlandais Aki Kaurismaki. Un ancien admirateur du cinéma de la nouvelle vague dont les films sont différents, rebelles et captivants. Ses réalisations à partir des années 1980 ont agité le cinéma finlandais et ont filmé une Europe peu méconnue du grand public. Au programme de cette rétrospective : Calmari Union (1984), Ariel (1988), Leningrad Cowboys Go America (1989), La Fille aux allumettes (1989) et L’Homme sans passé (2001). Mais les projections des films de Kaurismaki ne se limitent pas à cette section rétrospective. Sa récente réalisation, qui a remporté la palme d’Or au festival de Cannes 2023, Les Feuilles mortes, considérée comme une suite à sa trilogie des travailleurs qui comprenait Ombres au paradis, Ariel et La Fille aux allumettes, sera projetée dans la section Attraction Viscérale. Cette section développe l’idée d’une rencontre bouleversante entre les protagonistes. Dans les Feuilles mortes, Ansa est célibataire et vit à Helsinki. Elle travaille dans un supermarché ; ensuite, elle devient plongeuse dans un pub, puis manutentionnaire dans une fonderie. Une nuit, dans un bar karaoké, elle croise Holappa, un travailleur tout aussi solitaire et alcoolique. Malgré l’adversité et les malentendus, ils tentent de construire une relation.

De la même section, on trouve Merle, Merle, Mûre réalisé par la Géorgienne Elene Naveriani. Il s’agit d’Etero qui vit dans un village géorgien où elle tient une petite boutique. Ses relations avec les autres femmes du village sont principalement tendues. Car célibataire et sans enfant, elle sort du lot. Mais tout change le jour où elle séduit son fournisseur de lessive Murman et vit sa première expérience sexuelle à 48 ans. Etero s’épanouit. Le film évoque aussi l’émancipation de la femme dans un milieu strict et conservateur.

En fait, les films de cette année témoignent d’une certaine révolution chez les femmes et les jeunes ou encore relatent les souvenirs d’une indépendance, d’une invention et d’une aventure. Des films provocateurs et rebelles.

Faire face aux contraintes

La section Jeunesse déchirée représente des films sur des jeunes qui sont en quête de liberté, d’indépendance et de découverte. Ils cherchent à mieux comprendre la vie et leurs identités malgré les circonstances et les obstacles écrasants.

Moi, Capitaine réalisé par Matteo Garrone, est un conte homérique qui raconte le périple aventureux de deux jeunes garçons, Seydou et Moussa, qui quittent Dakar pour atteindre l’Europe. Une Odyssée contemporaine à travers les dangers du désert, de la mer et les ambiguïtés de l’âme humaine.

Caractère d’action est une section regroupant des films où le personnage principal adopte une vision différente dans la vie. Perfect Days, du vétéran réalisateur allemand Wim Wenders, retrace le quotidien de Hirayama, quinquagénaire, employé des toilettes publiques à Tokyo. Il vit seul, suit tous les jours sa routine quotidienne et dédie son temps libre à sa passion pour la musique, la culture des plantes, la photographie et la littérature. Son histoire est agrémentée de rencontres inattendues.

La section sociopolitique nous offre la dernière réalisation du Britannique Ken Loach : The Old Oak (le vieux chêne). TJ Ballantyne est le propriétaire du « Old Oak », un pub situé dans une petite bourgade du nord de l’Angleterre. Il y sert quotidiennement les mêmes habitués désoeuvrés pour qui l’endroit est devenu le dernier lieu où se retrouver. L’arrivée de réfugiés syriens va créer des tensions dans le village. TJ va cependant se lier d’amitié avec Yara, une jeune migrante passionnée par la photographie. Ensemble, ils vont tenter de redonner vie à la communauté locale en développant une cantine pour les plus démunis, quelles que soient leurs origines. La solidarité s’impose.

Monde (in)visible est une autre section qui présente des films de suspens qui abordent la superstition, la science-fiction et les pratiques des forces coloniales et capitalistes. Dans Augure, du réalisateur belge congolais Baloji Tshiani, Koffi a été renié par sa mère dans sa jeunesse parce qu’il était un soi-disant « zabolo », un sorcier maléfique en swahili. Aujourd’hui, il revient au Congo, sa terre d’origine, pour rendre visite à sa famille, accompagné de son épouse européenne enceinte. La visite ne se déroule pas de manière cordiale, car les anciens rituels et les superstitions persistantes des tribus locales continuent de hanter Koffi. Augure est la candidature belge aux Oscars qui seront décernés le 10 mars 2024.

Cuisiner pour la famille

La section famille propose deux films d’animation pour les enfants et les adultes. Ces films partent de l’art culinaire pour ensuite évoquer des péripéties familiales et révèlent une adolescence qui s’ouvre à la vie. Dans A Greyhound of a Girl d’Enzo D’Alo, d’après le roman de l’Irlandais Roddy Doyle, il s’agit de l’histoire de Mary, une jeune fille de 11 ans. Elle a une passion irrépressible pour la cuisine. Le garde-manger de sa grand-mère renferme une multitude de recettes à savourer. Lorsqu’elle tombe malade, Mary commence à craindre le pire.

Linda veut du poulet est une réalisation de Chiara Malta et de Sébastien Laudenbach. Pour se faire pardonner, Paulette promet à sa fille Linda de cuisiner du poulet aux poivrons, comme le faisait son père, mort quand Linda était bébé. Mais à cause d’une grève générale, il n’est pas facile de trouver un poulet.

Révéler des secrets

Dans la section Matériaux bruts, il s’agit plutôt des documentaires qui révèlent des histoires réelles bouleversantes. Dans And the King Said : What a fantastic machine, réalisé par Axel Danielson et Maximilien van Aertryck, il s’agit de l’invention de la caméra qui a marqué la vie des hommes.

Non-alignés et Ciné-guérillas, scènes des archives Labudovic réalisés par Mila Turajlić, sont un diptyque documentaire de deux longs métrages, qui proposent un road trip en archives à travers la naissance du projet du Tiers-Monde en s’appuyant sur des images 35 mm inédites, filmées par Stevan Labudovic, le cameraman du président yougoslave Tito. Labudovic a filmé l’Algérie en pleine guerre d’indépendance.

Des projections à ne pas rater.

Pour programme détaillé, veuillez consulter les pages Facebook du cinéma Zawya et du Panorama du film européen.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique