Lundi, 22 avril 2024
Culture > Livres >

Le prix Sawiris récompense l'excellence culturelle en Egypte

Dalia Farouq , Mardi, 09 janvier 2024

La 19ème édition du prix culturel Sawiris, célébrée à l'Université américaine du Caire, met à l'honneur les contributions exceptionnelles dans le domaine culturel et artistique en Egypte, soulignant leur impact sur l'image nationale.

Sawiris
La ministre Nevine Al-Kilani et la famille Sawiris lors de la cérémonie tenue à l'honneur des lauréats du prix culturel Sawiris. photo: conseil du ministre

Le ministre de la Culture égyptien a souligné, lors de la cérémonie des prix culturels « Sawiris » à leur dix-neuvième session, le rôle essentiel de la culture et de l'art dans la formation individuelle et la projection d'une image positive de l'Egypte.

La cérémonie s'est déroulée à la Salle Ewart de l’ancien campus de l’Université américaine sur la place Tahrir.

Comme chaque année, les prix de la Fondation Sawiris récompensent les meilleures œuvres égyptiennes dans diverses catégories : romans, nouvelles, scénarios, pièces de théâtre, œuvres pour enfants et critiques littéraires.

Le jury du Prix culturel Sawiris se compose d'écrivains, cinéastes, critiques et professeurs d’art dramatique égyptiens.

Le 1er prix du roman pour les auteurs de plus de 35 ans a été attribué à Fathi Embabi pour « La tête du chameau », tandis que le 2e prix a été remis à Heba tallah Ahmed pour « la révolution de la Vanille ».

Chez les jeunes auteurs de moins de 35 ans, Ahmed Naji a remporté le prix pour "Happy Ends", suivi de Caroline Kamel pour « Victoria ».

Amr Al Tarouty a reçu le prix de la critique littéraire pour son livre « A côté de la colline », partageant le 2e prix avec Ahmed Ezz Elarab et Samia Mehrez.

Dans la catégorie scénarios, Khaled Ezzat a remporté le prix des Grands écrivains, alors qu'Ahmed Abdel Warès a été récompensé chez les Jeunes scénaristes pour « les joies et les malheurs de la maison des filles ».

Le 1er prix de dramaturgie a été retiré, mais Khaled Hassouna a reçu le 2e prix pour sa pièce «Un échouant au dernière étage ».

La ministre de la Culture, représentant le premier ministre Mostafa Madbouli, a mis l'accent sur l'engagement du ministère de la Culture à valoriser de tels événements pour renforcer le rôle des ONG et de la communauté dans le développement culturel, profondément ancré dans le paysage égyptien.

Elle a également salué la vision de la Fondation « Sawiris pour le développement social », qui renforce le partenariat entre la société civile et le gouvernement égyptien dans le but de construire l'individu culturellement, artistiquement et humainement.

Le prix culturel Sawiris, pierre angulaire de la Fondation Sawiris pour le développement social, joue un rôle clé dans l'enrichissement culturel et l'éveil intellectuel de la nation.

Pendant 19 ans, le prix a enrichi la vie culturelle en Egypte grâce à de nombreuses expériences créatives, occupant une place de choix dans le monde arabe.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique