Vendredi, 23 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Francophonie >

Quatrième sommet consacré à la RDC

Mardi, 09 octobre 2012

A quelques jours du Sommet de la Francophonie, s’est tenu lundi à Kampala un autre sommet des dirigeants des Grands Lacs. C’est le 4e organisé en moins de 3 mois pour tenter de mettre fin aux violences dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC). Le sommet s’est tenu en présence des présidents de la RDC, Joseph Kabila, et du Rwanda, Paul Kagame. Etaient présents aussi leurs homologues tanzanien, Jakaya Kikwete, et ougandais, Yoweri Museveni, hôte du sommet, accompagnés des représentants des autres pays.

L’ordre du jour exact de ce Sommet des chefs d’Etat des 11 pays de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) n’a pas été détaillé. Les dirigeants devaient « évaluer les décisions prises lors de leurs précédents sommets (...) concernant la consolidation de la paix et de la sécurité dans l’est de la RDC », notamment la question du déploiement d’une « force neutre » destinée à éradiquer les groupes armés y opérant, a indiqué le service de presse de la CIRGL. L’idée de cette force neutre a été lancée mi-juillet en marge d’un sommet de l’Union Africaine (UA). Les dirigeants de la CIRGL, notamment MM. Kabila et Kagame, qui s’accusent mutuellement de soutenir des groupes rebelles hostiles à l’autre dans l’est de la RDC, avaient donné leur accord de principe. Mais depuis, peu d’avancées concrètes ont été enregistrées sur les contours — notamment les effectifs et la composition — de cette force que le précédent sommet a souhaité voir déployée d’ici courant décembre et qui devrait opérer sous mandat de l’UA et de l’Onu. Une solution impliquant la mission de l’Onu en RDC (Monusco) aux faveurs de Kinshasa, mais Kigali ne cache pas sa défiance envers la force onusienne.

MM. Kagame et Kabila s’étaient rencontrés le 27 septembre à New York, en marge de l’Assemblée générale de l’Onu, n’aboutissant qu’au seul constat de leurs positions figées. Rapport de l’Onu à l’appui, Kinshasa accuse Kigali de soutenir le M23, groupe d’ex-rebelles intégrés à l’armée congolaise qui se sont récemment mutinés et ont infligé plusieurs revers aux forces de Kinshasa dans le nord-Kivu. Kigali dément, accusant en retour Kinshasa, qui réfute, de soutenir les Forces démocratiques de libération du Rwanda, rébellion hutu rwandaise opposée au régime de Paul Kagame et active dans l’est de la RDC.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique