Vendredi, 24 mai 2024
International > Monde Arabe >

Les appels à armer les civils se multiplient au Soudan en guerre

AFP, Jeudi, 28 décembre 2023

Les appels à armer la population se multiplient en 28 décembre au Soudan avec l'avancée des paramilitaires vers le sud, faisant planer le spectre d'une guerre civile totale dans un pays déjà ravagé par huit mois de conflit entre les généraux rivaux.

s
Les appels à armer les civils se multiplient au Soudan en guerre. Photo : AFP

Après s'être emparés de la majeure partie de l'Etat d'al-Jazira et de sa capitale Wad Madani, les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo ont continué leur percée vers le sud et se sont emparés de territoires dans l'Etat voisin de Sennar.

Effrayés par les violences contre les civils dont sont accusées les FSR, des citoyens ont lancé une campagne "de résistance populaire armée" dans d'autres Etats, ceux du Nil Blanc, du Nil, de Gedaref, du Nord, de Kassala et de la mer Rouge.

Dans les zones qu'elles ont conquises, les FSR ont de leur côté exigé des habitants qu'ils fournissent des volontaires, afin de les armer pour "protéger leur territoire".

Cette course à l'armement auprès des populations fait craindre une militarisation à grande échelle.

Plus de 12.000 personnes ont déjà été tuées depuis que le conflit a éclaté mi-avril entre l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les FSR du général Daglo.

Et ce chiffre est, selon toute vraisemblance, largement sous-estimé tant des pans entiers du pays sont coupés du monde.

Le chiffre des déplacés est également très élevé -il concerne 7,1 millions des quelque 48 millions de Soudanais, dont 1,5 million dans les pays voisins, d'après l'ONU.

A ce jour, selon le projet de recherche Small Arms Survey (SAS), 6,6% des 48 millions de Soudanais possèdent une arme à feu.

 

La situation est particulièrement critique au Darfour (ouest). Cette région, la plus touchée par les combats avec la capitale Khartoum et le Kordofan (sud), a connu un conflit sanglant dans les années 2000 ayant fait 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés, selon l'ONU.

Dans cette vaste région, affirmait déjà l'ONU en mai, des civils armés et des combattants tribaux ou rebelles ont rejoint les affrontements entre camps rivaux.Fin 2022, la Commission gouvernementale en charge de la collecte des armes estimait que "cinq millions d'armes étaient aux mains de citoyens, sans compter celles des groupes rebelles du Darfour, du Kordofan-Sud et du Nil Bleu".

 

Un chiffre là encore largement sous-estimé, selon le responsable de la sécurité. "Même avant la guerre, les autorisations de port d'armes étaient devenues faciles à obtenir", dit-il, sans compter le fait que la contrebande d'armes en provenance des pays voisins a aussi prospéré.

 

 

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique