Vendredi, 24 mai 2024
International > Monde Arabe >

Majorité écrasante à l'ONU pour un "cessez-le-feu humanitaire" à Gaza

AFP, Mercredi, 13 décembre 2023

Le texte proposé par le groupe arabe a été approuvé par une majorité de 135 pays, deux amendements présentés par l'Autriche et les Etats-Unis ont été refusés

s
L'ambassadrice américaine auprès des Nations Unies Linda Thomas-Greenfield s'exprime lors d'une réunion de l'Assemblée générale pour voter une résolution non contraignante exigeant « un cessez-le-feu humanitaire immédiat » à Gaza au siège de l'ONU à New York le 12 décembre 2023. Photo : AFP

Prenant le relais du Conseil de sécurité paralysé, l'Assemblée générale de l'ONU a réclamé mardi 12 décembre « un cessez-le-feu humanitaire immédiat » à Gaza, un texte non contraignant qui vise toutefois par sa majorité écrasante à mettre la pression sur Israël et son allié américain.« Le message puissant de l'Assemblée générale représente un jour historique », a salué l'ambassadeur palestinien à l'ONU Riyad Mansour. « C'est notre devoir collectif de poursuivre sur ce chemin jusqu'à ce que nous puissions voir la fin de cette agression contre notre peuple ».

La résolution adoptée par 153 voix pour, 10 contre (dont Israël et les Etats-Unis), et 23 abstentions sur 193 Etats membres, a engrangé plus de soutien que celle d'octobre (120 pour, 14 contre, 45 abstentions) qui appelait à une « trêve humanitaire immédiate, durable et soutenue, menant à la cessation des hostilités ». Le texte a été proposé par le groupe arabe. Deux amendements présentés par l'Autriche et les Etats Unis ont été refusés.

Cette large majorité a même dépassé le soutien à la condamnation de l'invasion russe de l'Ukraine. Ces votes de l'Assemblée avaient rassemblé au mieux 143 voix, un résultat que les Etats-Unis avaient alors vu comme une preuve de l'isolement de la Russie.

« L'ampleur de la majorité va vraiment faire mal pour les Etats-Unis », a commenté auprès de l'AFP mardi Richard Gowan, de l'International Crisis Group. « Cela montre que la grande majorité des Etats membres de l'ONU ont perdu patience face à la position de Washington ».

La résolution, répondant à une demande sans précédent du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres qui craint un « effondrement total de l'ordre public » dans le territoire palestinien en guerre, « exige un cessez-le-feu humanitaire immédiat », réclame la protection des civils, l'accès humanitaire et la libération « immédiate et inconditionnelle »de tous les otages.

Comme le précédent texte adopté fin octobre, il ne condamne pas le Hamas, au grand dam des Etats-Unis et d'Israël notamment.

« Pourquoi est-ce si difficile de dire sans équivoque que tuer des bébés et abattre des parents devant leurs enfants est horrible ? », a lancé l'ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield.

Son homologue israélien Gilad Erdan a lui dénoncé avant le vote une résolution « hypocrite ». « Le temps est venu de rejeter la faute sur ceux qui le méritent, les monstres du Hamas », a-t-il insisté, estimant qu'un cessez-le-feu ne ferait que leur renforcer .

« Deux poids, deux mesures »

L'amendement américain qui voulait condamner « les attaques terroristes abominables du Hamas » du 7 octobre a été rejeté (84 voix pour, 62 contre, 25 abstentions), comme un amendement similaire fin octobre.

Cette réunion spéciale de l'Assemblée générale a été réclamée par les pays arabes après le véto américain vendredi à un projet de résolution du Conseil de sécurité réclamant ce même « cessez-le-feu humanitaire immédiat ».

De nombreux pays et organisations de défense des droits humains avaient déploré cet échec, y compris Antonio Guterres décrivant un Conseil de sécurité à l'autorité et la crédibilité « compromises ».

Le Conseil avait déjà mis plus d'un mois après le début de la guerre entre Israël et le Hamas pour réussir à parler d'une seule voix, se contentant mi-novembre, après quatre textes rejetés, de demander des « pauses » humanitaires.

Plus de deux mois après l'attaque sanglante et sans précédent perpétrée par le Hamas sur le sol israélien le 7 octobre --qui a fait 1.200 morts selon les autorités--, Israël accentue son offensive dans la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement palestinien.

L'ONU ne cesse d'alerter sur la situation catastrophique à Gaza, où le système humanitaire est « au point de rupture » et où plus de 18.000 personnes ont été tuées selon le ministère de la Santé du Hamas.

« Qu'attendons-nous pour arrêter ces morts et cette machine de guerre destructrice ? », a lancé mardi à la tribune l'ambassadeur égyptien Osama Mahmoud Abdelkhalek Mahmoud, au nom du groupe arabe, déplorant les « efforts d'une minorité de pays qui s'opposent à l'opinion publique internationale en faveur d'un cessez-le-feu ».

Dans une allusion à peine voilée aux Etats-Unis, il a dénoncé les pays qui appliquent une politique de « deux poids, deux mesures ».

« Le prix d'une défaite du Hamas ne peut pas être la souffrance continue de tous les civils palestiniens », ont déclaré de leur côté dans un communiqué commun les Premiers ministres d'Australie, du Canada et de la Nouvelle-Zélande, dont les pays ont voté pour la résolution.

 

*Article modifié par Ahraminfo

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique