Jeudi, 22 février 2024
International > Monde Arabe >

Plus de 449 attaques contre des centres de santé à Gaza et en Cisjordanie : selon le patron de l'OMS

AFP, Dimanche, 10 décembre 2023

La guerre entre Israël et le Hamas revêt un impact "catastrophique" sur la santé à Gaza. Le chef de l'OMS affirme que les médecins étaient confrontés à un travail "impossible" dans des conditions inimaginables.

s
Les bombardements israéliens menés en représailles sur la bande de Gaza ont fait plus de 17.700 morts. Photo : AFP

Lors d'une session extraordinaire du conseil exécutif de l'Organisation mondiale de la santé, le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a affirmé dimanche 10 décembre que le système de santé du territoire palestinien était en train de s'effondrer.

"L'impact du conflit sur la santé est catastrophique" et les personnels de santé "font de leur mieux dans des conditions inimaginables", a-t-il déclaré lors de la réunion à Genève.

"Alors que de plus en plus de personnes se déplacent vers des zones de plus en plus réduites, la surpopulation, combinée au manque de nourriture, d'eau, d'abris et d'assainissement adéquats, créent les conditions idéales à la propagation" des maladies, a-t-il ajouté.

Il a fait état de signes inquiétants de maladies épidémiques qui risquent de s'aggraver avec la détérioration de la situation et l'arrivée des conditions hivernales.

"Le système de santé de Gaza est à genoux et s'effondre", a-t-il ajouté, avec seulement 14 hôpitaux sur 36 fonctionnant avec une capacité réduite et seuls deux de ces établissements sont situés dans le nord du territoire.

Seuls 1.400 des 3.500 lits d'hôpitaux sont encore disponibles, tandis que les deux principaux hôpitaux dans le sud de Gaza fonctionnent à un tiers de leur capacité faute de fournitures, a souligné M. Tedros.

Les bombardements israéliens menés en représailles sur la bande de Gaza ont fait plus de 17.700 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé palestinien.

- "Pas de santé sans paix" -

 

Selon M. Tedros, depuis le 7 octobre, l'OMS a relevé plus de 449 attaques contre des centres de santé à Gaza et en Cisjordanie occupée.

"Le travail des personnels de santé est devenu impossible et ils se retrouvent en ligne de mire", a-t-il ajouté. "Les personnels de santé sont physiquement et mentalement épuisés et font de leur mieux dans des conditions inimaginables".

"Il n'y a pas de santé sans paix, et pas de paix sans santé", a conclu le patron de l'OMS.

La session extraordinaire a été convoquée par 17 des 34 pays siégeant au conseil exécutif, qui se réunit normalement deux fois par an. Sa tâche principale est de conseiller l'Assemblée mondiale de la santé, l'organe décisionnel de l'OMS, puis de mettre en oeuvre ses décisions.

Un projet de résolution proposé par l'Afghanistan, le Maroc, le Qatar et le Yémen appelle au passage immédiat et sans entrave de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza et à l'octroi d'autorisations de sortie pour les patients.

Il appelle à la fourniture et au réapprovisionnement en médicaments et en matériel médical de la population civile et à l'accès aux soins médicaux.

- "Horreurs quotidiennes" -

La ministre palestinienne de la Santé, Mai al-Kaila, s'exprimant par liaison vidéo depuis Ramallah, a appelé à la cessation immédiate de la "guerre brutale à Gaza" et à l'acheminement immédiat et inconditionnel de carburant, d'eau, d'aide et de fournitures médicales vers le territoire.

"Les horreurs quotidiennes dont nous sommes tous témoins défient le droit international et brisent l'essence même de notre humanité commune", a-t-elle déclaré.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique