Mardi, 20 février 2024
Culture > Arts >

Inscription de la Dabka palestinienne sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco

Nasma Réda , Mercredi, 06 décembre 2023

La danse palestinienne « Dabka », moyen d’exprimer l'identité culturelle, de célébrer des événements festifs familiaux et de renforcer les liens sociaux en Palestine, a été inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco lors de la 18e session du Comité international gouvernemental pour la préservation du patrimoine culturel immatériel.

s
La danse palestinienne "Dabkeh" inscrit sur la liste réprésentative du patrimoine immatériel de l'Unesco. Photo: Unesco

 La Dabka palestinienne a été incluse sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco lors de la 18e session du Comité international gouvernemental pour la préservation du patrimoine culturel immatériel, de l'Organisation des Nations-Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), qui se réunit à Koson, au Botswana, du 5 au 9 décembre 2023. 

La Dabka est une danse de groupe en Palestine qui s’accompagne d’instruments à vent traditionnels et de chants populaires. Elle est aussi un signe d’attachement à la terre que l’on comprend dans les pas de danses.

Cette danse est interprétée par onze danseurs, indépendamment de leur genre et de leur âge, lors de festivals, de célébrations et d’événements tels que les mariages et les remises de diplômes.

« Les danseurs se tiennent en ligne droite ou en demi-cercle, en se serrant les mains et les épaules pour indiquer leur cohésion. Les mouvements consistent à sauter et à frapper le sol avec les pieds », a indiqué le site de l'Unesco.

Cette danse peut être exécutée par des groupes professionnels ou spontanément sur les places publiques et dans les cours familiales.

La plupart des Palestiniens savent danser la Dabka et la pratiquent pour partager leur joie avec leurs familles, leurs amis et leurs voisins.

Les paroles des chansons folkloriques qui les accompagnent sont rédigées dans les dialectes locaux et expriment des émotions liées à l’occasion, telles que le courage, la force et l’amour.

La Dabka et les arts et artisanats qui l’accompagnent sont transmis de manière informelle, par le biais d’un apprentissage et d’une formation individuels. Les jeunes apprennent en participant aux célébrations sociales au cours desquelles la Dabka est exécutée et en imitant les adultes.

La pratique se transmet également dans le cadre des activités de vacances d’été, dans les écoles et les universités, ainsi que par le biais des médias audiovisuels et des publications existantes.

D'après l'agence palestinien WAFA, la Palestine possède maintenant trois éléments inscrits sur la liste du patrimoine culturel immatériel : la couture, la broderie et la Dabka, en plus de dossiers communs avec les pays arabes : le palmier et la calligraphie arabe. 

L'ambassadeur de Palestine auprès de l'Unesco, Moneir Antas, a dénoncé l'agression israélienne contre Gaza, en particulier dans le secteur de la culture et les centres culturels, musées et bibliothèques qui ont été détruits. 

En outre, Antas a affirmé que malgré « le ciblage par l’occupation du peuple palestinien sans défense et ses tentatives de saper toutes les valeurs culturelles et l’identité palestinienne, les Palestiniens continueront à montrer la culture du peuple palestinien et sa créativité ». 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique