Lundi, 04 mars 2024
Economie > Economie >

L’Egypte restructure ses stations-service «Chill Out» dans le cadre de leur privatisation : Ministre

Dira Maurice , Dimanche, 03 décembre 2023

La ministre de la Planification a déclaré que la vente des stations-service Chill Out aura lieu après la conclusion de l'accord de vente de celles de Wataniya initialement prévue en novembre 2023, dans le cadre du programme d'introduction en Bourse (IPO).

s
Les stations-service Chill Out. Photo : Page Facebook ChillOut

 « L'Egypte prévoit de restructurer les stations-service Chill Out pour les vendre au secteur privé, à condition que cela se fasse après la conclusion de l'accord de vente des stations-service Wataniya»,  annonce Hala Al Saïd, ministre égyptienne de la Planification et du Développement économique, le 3 décembre à la COP28 à Dubaï dans le cadre d'un entretien avec le site Asharq Bloomberg.

« Chill Out », une chaîne de stations-service en pleine expansion en Égypte, fera partie de ce nouveau plan de privatisation.

En parallèle, Al Saïd a mentionné que l'offre publique initiale (IPO) de « Wataniya », initialement prévue pour octobre ou novembre 2023, serait reportée de quelques semaines. Les raisons spécifiques de ce retard n'ont pas été détaillées.

Wataniya Petroleum, appartenant entièrement à l'Organisation des projets de service national (NSPO) de l'armée égyptienne, gère plus de 300 stations.

Outre Wataniya, ce report affecte également d'autres entités, dont la vente de la centrale éolienne de Gabal Al-Zeit, prévue pour octobre 2023.

Ce plan de privatisation s'inscrit dans le cadre de la tentative du gouvernement égyptien de récolter 5 milliards de dollars via le programme d'IPO d'entreprises publiques, d'octobre 2023 à fin juin 2024, comme indiqué dans un rapport du Centre d'information et d'aide à la décision du Conseil des ministres en août. Ce programme fait partie des engagements de l'Égypte dans le cadre de son accord de prêt de 3 milliards de dollars avec le FMI. Cependant, l'accord avec le FMI rencontre des difficultés, la première révision prévue pour mars n'ayant pas encore eu lieu, en raison du retard du Caire dans la mise en œuvre des termes de l'accord.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique