Vendredi, 12 juillet 2024
Dossier > Système énergétique propre >

Vers un renforcement des projets d’interconnexion électrique

Ghada Ismaïl, Jeudi, 24 août 2023

Souhaitant devenir un centre régional de l’énergie renouvelable, l’Egypte multiplie les projets d’interconnexion électrique avec l’Europe et les pays voisins. Focus.

Vers un renforcement des projets d’interconnexion électrique

L’expansion des projets d’énergie renouvelable renforce les opportunités de l’Egypte d’exporter l’électricité vers l’Europe, l’Asie et l’Afrique à travers de multiples projets d’interconnexion électrique. Les exportations égyptiennes d’énergie électrique se sont élevées à 110 millions de dollars au cours des 11 premiers mois de 2022 contre 66 millions de dollars au cours de la même période en 2021, soit une augmentation de 60,7 %, selon les dernières estimations de l’Agence centrale pour la mobilisation publique et les statistiques (CAPMAS). En effet, l’Egypte a franchi une nouvelle étape dans la mise en oeuvre de son plan visant à devenir un centre régional d’échange d’énergie électrique après la signature en mai dernier d’un protocole d’accord entre la Compagnie égyptienne de transport de l’électricité (Egyptian Electricity Transmission Company, EETC) et la compagnie norvégienne d’énergie renouvelable Scatec pour lancer un projet d’interconnexion électrique entre l’Egypte et l’Europe. L’objectif est d’exporter l’énergie renouvelable via l’Italie en utilisant une ligne de liaison maritime d’une capacité de 3 gigawatts. « Cet accord vise à soutenir et à renforcer les cadres de coopération entre l’Egypte et l’Union européenne dans le domaine de l’énergie en général et des énergies renouvelables en particulier », a déclaré Mohamad Chaker, ministre de l’Electricité. En effet, le volume des investissements de Scatec a largement augmenté ces dernières années dans le domaine des énergies nouvelles et renouvelables, de l’hydrogène vert et des carburants verts en Egypte. La compagnie a lancé un projet de production de l’hydrogène vert à Al-Aïn Al-Sokhna. Comment l’énergie renouvelable sera-t-elle exportée d’Egypte vers l’Europe via l’Italie ? Dr Ayman Hamza, porte-parole du ministère de l’Electricité, a affirmé que l’exportation de l’électricité vers l’Europe avait déjà commencé il y a 3 ans. L’Egypte a signé 2 accords successifs en octobre 2021 pour créer une ligne d’interconnexion électrique avec l’Europe, le premier avec la Grèce et le second avec Chypre, dans le cadre du projet « Euro Africa » qui relie les réseaux électriques égyptiens aux deux pays européens avec des investissements qui s’élèvent à 4 milliards de dollars. « Ce qui distingue l’Italie, c’est la présence de réseaux solides qui permettent d’augmenter les capacités d’exportation, en plus de sa volonté d’augmenter les lignes d’exportation de l’électricité avec plusieurs pays européens qui souffrent aujourd’hui d’une crise énergétique à cause de la guerre en Ukraine et l’arrêt des livraisons de gaz russe à l’Union européenne. C’est pourquoi l’Egypte cherche à coopérer avec les pays européens dans ce dossier », a affirmé Mohamad Chaker. Et d’ajouter : « L’Egypte possède plusieurs atouts qui lui permettent d’exporter de grandes quantités d’énergies renouvelables. En général, nous avons une réserve d’énergie importante sont solides, après avoir été développés au cours de la dernière période », a ajouté le ministre.

Interconnexion régionale

Outre l’Europe, l’Egypte a élargi ces dernières années, grâce à son emplacement stratégique, les projets d’interconnexion électrique avec les pays voisins : Arabie saoudite, Jordanie, Soudan et Libye.

Un projet d’interconnexion électrique est actuellement en cours avec l’Arabie saoudite, d’une longueur de 6 000 kilomètres, pour échanger des capacités allant jusqu’à 3 000 mégawatts. Ce projet devrait se terminer complètement en 2026. « L’importance de l’interconnexion électrique avec l’Arabie saoudite réside dans le fait qu’elle renforce les liens et la coopération avec l’ensemble des pays du Conseil de coopération du Golfe dans le domaine énergétique », souligne Maher Aziz, membre du Conseil mondial de l’énergie.

Sur un autre volet, la première phase du projet de liaison électrique entre l’Egypte et le Soudan est déjà entrée en service, d’une capacité de 80 mégawatts. Des préparatifs sont en cours pour mettre en oeuvre la deuxième phase, qui vise à porter la capacité de transmission de 240 à 300 mégawatts.

Par ailleurs, des négociations sont en cours pour augmenter la capacité de la ligne d’interconnexion électrique entre l’Egypte et la Jordanie de 2 000 mégawatts pour promouvoir la coopération économique et les échanges énergétiques entre les deux pays.

Quant à l’interconnexion avec la Libye, le gouvernement étudie actuellement la multiplication par 12 du volume d’électricité exporté vers la Libye. Selon des experts, le renforcement de la capacité de la ligne entre l’Egypte et la Libye ouvrira la voie à des discussions supplémentaires pour parvenir à une connectivité avec les autres pays de l’Afrique du Nord, de sorte que la Libye devienne le portail de l’interconnexion électrique avec les pays africains.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique