Jeudi, 25 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Escales >

Au secours, mon ado est amoureux !

Dina Kabil , Lundi, 07 août 2023

Quand Cupidon jette son dévolu sur nos jeunes ados, ce n’est pas seulement leur vie qui change, mais celle des parents aussi. Comment réagir ? Comment les accompagner, les écouter et leur conseiller sans pour autant jouer le mauvais rôle ? Voici quelques conseils.

Au secours, mon ado est amoureux !

Votre jeune garçon commence à avoir un air rêveur, il coupe court et ne veut plus partager ses petites histoires ? Votre fille commence à s’isoler dans sa chambre avec son téléphone et évite vos regards curieux et vos questions ? La raison est claire : votre ado est sans doute en relation amoureuse. Que faire ? Comment lui parler ? Les parents paniquent. Soit ils commencent un interrogatoire, soit ils dénient automatiquement le penchant de leur ado par des répliques comme « tu es encore jeune » ou « mais tu n’es pas encore prêt ou prête ». Tout d’abord, votre fille ne doit pas être « punie » parce qu’elle est tombée amoureuse. Surveiller son téléphone, ses mails et ses déplacements n’est certainement pas la meilleure idée. Les thérapeutes et responsables des conseils parentaux avertissent contre les mesures et attitudes qui bloquent le dialogue parents-ado. Le rôle des parents-amis est très important.

« Le premier conseil aux parents est de se rendre compte que c’est normal, c’est l’évolution naturelle de la vie », avance Dina Mahrane, psychothérapeute au Exist Counselling Center. « L’amour est un beau sentiment. Le non des parents ne permet pas de laisser épanouir la personnalité de leur ado, comment peuvent-ils ou elles connaître l’autre sexe, comment bâtir des connaissances dans la vie pour pouvoir choisir un jour leur partenaire et partager avec lui ou elle une vie commune, saine ? », explique-t-elle.

Apprendre à communiquer

Elle conseille aux parents d’être les amis de leurs enfants. Mais ce n’est pas facile quand on n’a pas l’habitude de rester avec l’ado, de lui consacrer du temps. Comment devenir amis du jour au lendemain ? Pour la spécialiste, il n’est jamais trop tard. Dina Mahrane choisit d’affronter les parents et leur conseille de travailler sur leurs relations avec l’ado, essayer de créer l’ambiance adéquate pour parler des choses qui l’intéressent, lui montrer de l’intérêt à ses petits détails. L’important est de lui faire savoir que vous êtes là pour l’écouter ou lui conseiller. « La surprise en est que l’ado veut parler, veut qu’on l’écoute, même s’il se protège par des mécanismes de défense. Mais le problème est comment l’approcher amicalement, loin des relations de pouvoir ».

Un conseil très courant parmi les experts de l’adolescence : de ne pas juger la décision de l’ado, mais la respecter et tenter de gérer le dialogue avec calme et sagesse. Lui montrer que vous lui faites confiance et que vous acceptez ses décisions. Car être trop inquiet vous empêchera de lui offrir les conseils appropriés. Ces « manoeuvres » sont importantes, parce que l’une des caractéristiques de l’adolescence est de se plier sur soi, surtout en matière d’amour, de donner une dimension sublime à ses émois amoureux et ne pas les partager avec autrui.

Ce cas de repli sur soi est le plus inquiétant vis-à-vis des parents. Cela ne leur permet pas de le soutenir ou de lui donner son avis. La thérapie vous conseille d’être plus vigilant, de chercher des côtés qui l’intéressent comme le sport, la danse, le dessin, etc. A partir de là, discuter avec lui du sentiment amoureux, du respect des autres et pourquoi pas partager vos propres expériences de jeunesse pour lui ouvrir l’appétit et raconter.

Amour et bonnes valeurs

En Egypte et dans la majorité des sociétés conservatrices, le risque que la relation amoureuse n’aboutisse à une relation sexuelle est l’épouvantail des parents. Dina Mahrane exige des parents de mettre des limites à respecter et de veiller à ce que l’ado se plie aux normes et aux comportements acceptés par la société. Parce que pour elle, entrer en relation amoureuse est une responsabilité réciproque dans le couple, et il est important de respecter et de veiller à préserver l’image de son partenaire. Les parents ne doivent pas surpasser le sujet des rapports corporels, mais s’assurer que l’idée qu’il a de l’amour est axée sur de bonnes valeurs.

Dans ce sens, la psychothérapeute encourage les parents à ne pas « enfermer » leurs enfants. « Je suis pour des parents alertes qui sont proches de leur ado, qui connaissent ses amis ou amies et pourquoi pas connaître leurs parents et le milieu qu’il ou elle fréquente, affirme-t-elle. A travers les relations entre filles et garçons, ces derniers apprennent comment traiter la femme dans l’avenir, ne pas la blesser, ne pas être égoïste. De même que la fille connaîtra de près comment est l’homme, loin des clichés. Tous les deux apprennent dans l’expérience et prennent la responsabilité d’être en relation amoureuse ». C’est le premier contact avec l’autre amoureux, loin de la zone confortable de la famille.

Au-delà de l’amour

La présence des parents-amis de leur ado est indispensable. Ce n’est pas seulement dans les relations amoureuses, mais dans toute relation. Dina Mahrane affirme, d’après son expérience professionnelle, que l’influence des amis ou groupes d’amis est beaucoup plus problématique que les relations d’amour. En effet, les mauvaises amitiés qui comprennent des traits néfastes — exhiber ses talents, nourrir les rivalités et chercher à se distinguer à tout prix — peuvent mener dans des zones obscures. L’amour saurait être un élément atténuant dans les relations d’adolescents, en opposition avec les relations d’amitié des groupements qui comportent une violence latente et l’esprit parfois téméraire de découverte.

Autant de conseils qui aideront certes à pouvoir entrer dans la vie de votre ado et à accepter et respecter les changements qui surviennent. Mais il faut toujours mettre en tête les paroles de Jibran : Vos enfants ne sont pas votre propriété.

 A ne pas faire

— Recevoir les émois de votre ado par le blocus « vous êtes encore petit ou petite » ou « c’est illicite dans nos sociétés ».

— Eveiller votre instinct protecteur.

— Etre trop curieux et poser beaucoup de questions.

— Vérifier les appels et les messages de votre enfant.

— Exiger que l’on vous raconte lorsque votre enfant opte pour la discrétion. En ce moment, les tantes, oncles ou les adultes de la famille peuvent jouer le rôle de conseillers/ères.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique