Dimanche, 26 mai 2024
Dossier > Dérèglement climatique >

Les 7 indicateurs-clés du changement climatique

Ghada Ismaïl, Jeudi, 27 juillet 2023

Le rapport annuel de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) récemment publié a alerté que les 7 indicateurs climatiques sont au rouge vif. Explications.

Les 7 indicateurs-clés du changement climatique

1. Gaz à effet de serre

Ils sont trois principaux gaz à effet de serre, dioxyde de carbone, méthane et protoxyde d’azote. Les concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre reflètent un équilibre entre les émissions des activités humaines, les sources et les puits. L’augmentation des niveaux de ce gaz dans l’atmosphère due aux activités humaines est l’un des principaux moteurs du changement climatique. La progression annuelle de la concentration de méthane entre 2020 et 2021 a été la plus forte jamais enregistrée.

2. La température moyenne globale de surface (GMST)

La GMST est mesurée à l’aide d’une combinaison de la température de l’air au-dessus de la terre et de la température de la surface de la mer dans les zones océaniques, généralement exprimée sous la forme d’une différence par rapport à une période de référence. En 2022, elle était supérieure de 1,15 (1,02 à 1,28)°C à la moyenne préindustrielle (1850-1900). Les années 2015 à 2022 ont été les 8 années les plus chaudes observées par les relevés instrumentaux depuis 1850.

3. Le Contenu Thermique des Océans (CTO)

Il a atteint un nouveau record en 2022. Environ 90 % de l’énergie excédentaire qui s’accumule dans le système terrestre en raison de l’augmentation des concentrations de gaz à effet de serre vont dans l’océan. Les taux de réchauffement océanique ont été particulièrement élevés ces 20 dernières années. Le CTO mesure comment cette énergie réchauffe l’océan à différentes profondeurs jusqu’à 2 000 m de profondeur. On s’attend à ce que l’océan continue à se réchauffer dans le futur, un changement qui est irréversible sur des échelles de temps centenaires à millénaires. L’océan a continué à se réchauffer en 2022.

4. Le niveau de la mer

Le taux d’élévation du niveau moyen de la mer a doublé entre la première décennie de l’enregistrement satellitaire (1993- 2002, 2,27 mm par an) et la dernière (2013-2022, 4,62 mm par an) au cours des 30 dernières années du record altimétrique par satellite. Les coraux sont extrêmement sensibles aux changements de température.

5. L’acidification des océans

L’acidification des océans est l’un des effets de l’augmentation de la concentration de CO2. Le CO2 réagit avec l’eau de mer, ce qui entraîne une diminution du pH, appelée « acidification des océans ». L’océan absorbe environ 25 % des émissions annuelles de CO2 anthropique dans l’atmosphère, contribuant à atténuer les impacts du changement climatique, mais à un coût écologique élevé pour l’océan. Le pH moyen des océans à l’échelle mondiale a régulièrement diminué à des taux jamais vus depuis au moins les 26 000 dernières années.

6. L’étendue de la glace de mer

Les changements de la température mondiale résultant de l’augmentation des gaz à effet de serre ont également un impact sur les masses de glace, à la fois en mer et sur terre. Notant que l’étendue de la banquise est estimée à partir des mesures prises par les satellites. Il s’agit d’un indicateur utile du changement climatique, en particulier compte tenu de la rapidité avec laquelle le changement se produit dans l’Arctique et de l’étendue des répercussions des changements dans sa couverture.

L’étendue de la banquise antarctique est tombée à 1,92 million de km2 le 25 février 2022, le niveau le plus bas jamais enregistré et près de 1 million de km2 en dessous de la moyenne à long terme (1991-2020).

7. Bilan de masse des glaciers

Les glaciers se trouvent dans le monde entier, dont beaucoup dans les hautes chaînes de montagnes d’Asie et d’Amérique du Nord et du Sud. Ils sont formés à partir de neige qui s’est compactée en glace, qui descend ensuite vers des altitudes plus basses et plus chaudes, où elle fond. Les glaciers fournissent des services écosystémiques et de l’eau douce à des millions de personnes dans le monde. Environ 40 des glaciers surveillés dans le monde par le Service de surveillance mondiale des glaciers (WGMS) sont utilisés pour estimer le bilan de masse des glaciers. Selon le WGMS, les glaciers perdent de masse presque chaque année depuis le début de leurs enregistrements. En Suisse par exemple, 6 % du volume des glaciers ont été perdus entre 2021 et 2022.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique