Samedi, 13 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Escales >

Amin Nosseir : La procrastination peut être qualifiée comme l’acte de ruiner sa vie sans raison

Amira Doss , Lundi, 24 juillet 2023

Nous sommes si nombreux à le faire, reporter au lendemain ce que l’on devrait accomplir aujourd’hui. La procrastination est pourtant source de stress et de culpabilité. Chronique, elle peut avoir des effets fâcheux. Plus de précisions avec Amin Nosseir, life coach et spécialiste en gestion du stress.

 La procrastination peut être qualifiée comme l’acte de ruiner sa vie sans raison

Al-Ahram Hebdo : Pourquoi cette tendance à remettre toujours au lendemain ?

Amin Nosseir : Procrastiner, c’est ajourner une tâche en pensant qu’elle sera moins contraignante à réaliser plus tard. Il est difficile d’identifier une seule cause à la procrastination. Souvent, ce trouble de comportement est associé à la gestion du temps. A l’encontre de l’idée reçue, les procrastinateurs ne sont pas des personnes paresseuses, mais plutôt débordées qui se laissent dépasser par trop de tâches à accomplir. En plus, la peur de ne pas pouvoir achever toutes ces tâches crée une sorte de résistance. Un problème d’estime de soi, ou à l’inverse, un excès de perfectionnisme peut empêcher de terminer une action par crainte qu’elle ne soit parfaitement exécutée.

La procrastination repose aussi sur le principe de privilégier le plaisir immédiat que se soumettre aux contraintes. Notre anxiété nous incite à éviter les activités stressantes et à privilégier d’autres tâches plus agréables.

— Quelles peuvent être les conséquences de la procrastination sur notre vie ?

— Dans la vie professionnelle ou même privée, la procrastination peut révéler un certain échec d’autorégulation des émotions, une incapacité à gérer ses émotions et certains troubles de l’humeur ou un déficit de l’attention. Le cerveau humain a tendance à préférer une satisfaction immédiate induisant une sécrétion de dopamine. Bien que ce comportement soit relativement commun, ses conséquences peuvent troubler votre bien-être et votre capacité à gérer votre quotidien. Lorsqu’elle est chronique, elle devient rapidement une nouvelle source de stress. La procrastination peut être qualifiée comme l’acte de ruiner sa vie sans raison. Elle est également à la source d’un cercle vicieux, peu à peu, les projets s’accumulent, les tâches semblent insurmontables, ce stress devient un autre fardeau qui s’ajoute aux tâches reportées. Elle peut également influencer le statut social d’une personne et sa situation financière. Elle devient encore plus dangereuse lorsqu’elle s’applique sur les activités qui peuvent être source de bonheur ou de réussite personnelle, comme faire du sport, lire un livre, sortir avec ses amis ou lancer son propre business. Et au lieu de les commencer, on passe des heures sur les réseaux sociaux, on fait des recherches inutiles et on met toutes nos ambitions et tous nos objectifs en pause, alors que nous sommes conscients que cette vie dont nous rêvons ne peut se réaliser sans arrêter de reporter à plus tard.

— Dans la vie professionnelle, existe-t-il des symptômes qui ne trompent pas pour diagnostiquer un procrastinateur ?

— Les personnes qui ont tendance à remettre à plus tard ont certains points en commun. Elles ont tendance à travailler à la dernière minute, dans l’urgence, trouvent difficile d’accomplir leurs tâches selon un ordre de priorité, repoussent continuellement les tâches les plus contraignantes. Nombre d’entre elles stagnent professionnellement, ratent des opportunités ou des chances de promotion, préfèrent rester dans leur zone de confort. Pour ces personnes, n’importe quel prétexte est bon pour échapper à la tâche. Leur style de vie manque souvent de discipline, et surtout de plaisir. Ces personnes pensent qu’elles peuvent échapper à la responsabilité de demain en l’évitant aujourd’hui. Certains tests permettent d’identifier un vrai procrastinateur comme l’échelle de procrastination de Steel.

 Guide pratique pour en finir avec cette manie

1. Comprendre :

Essayer de comprendre ce qui nous conduit à sans cesse retarder le passage à l’acte et identifier les tâches concernées. Puis de se désencombrer, en allégeant son agenda et en tentant de prioriser ce qui doit absolument être terminé.

2. S’encourager et se récompenser :

Il est toujours stimulant, après avoir rayé de votre liste un travail bien fait, de vous récompenser. Permettez-vous un réconfort mental à la fin de chaque tâche, il est indispensable de réinjecter le plaisir dans le quotidien. En plus, mettez en place quelques rituels agréables qui vous aident à vous mettre en situation.

3. Diviser pour mieux gérer :

C’est la technique du Lego, ou de décomposer. Pour franchir cette montagne de tâches qui se dresse devant vous, il faut y aller par étape et la diviser en petites tâches plus facilement réalisables. Ensuite, essayer de hiérarchiser et d’alterner tâches difficiles et tâches faciles d’après leur urgence, deadline et aussi pénibilité.

4. Maîtriser l’art du démarrage :

Démarrer est souvent le plus difficile. Le meilleur conseil serait de placer le seuil du démarrage assez bas. Au lieu de dire que vous allez vous entraîner pour une heure, dites-vous que vous le ferez pendant 10 minutes, mais l’important c’est de démarrer. La première étape de la tâche est clé.

5. Se servir de la magie du deadline :

Imposez-vous des deadlines ou exposez-vous a des deadlines externes plus puissantes que vous ne pouvez ne pas respecter.

6. Penser à long terme :

Réfléchissez et trouvez ce qui compte pour vous dans cette tâche, en la liant à un objectif à long terme qui vous importe et aux récompenses qui vous en attendent en cas de réussite.

7. Eliminer toute distraction :

Retirer toute source de distraction pour pouvoir vous concentrer. Supprimez toutes perturbations potentielles avant de commencer pour améliorer votre productivité.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique