Lundi, 17 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

10 ans de développement

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mercredi, 05 juillet 2023

Avec la Révolution du 30 Juin 2013, l’Egypte a connu un développement urbain sans précédent et une modernisation des services sociaux. Retour sur les plus importants acquis.

10 ans de développement

Nouvelles villes, nouvelles vies

Au lendemain de la Révolution du 30 Juin, l’Etat s’est lancé dans un vaste projet de construction de villes nouvelles de la 4e génération. Ce projet, qui fait partie intégrante de la vision « Egypte 2030 », a donné lieu à une transformation du paysage urbain. L’objectif est d’améliorer la qualité de vie des citoyens et d’étendre les zones urbaines, afin de répondre à la croissance rapide de la population.

Mohamad Rashid, membre de la Chambre du développement immobilier, commente : « Ces villes nouvelles, construites en vertu d’un plan lancé en 2014, sont considérées comme la solution la plus appropriée au problème du logement, surtout que le taux de croissance démographique en Egypte est élevé ».

Environ 30 villes nouvelles doivent être construites en vertu du plan gouvernemental, soit des investissements totaux de 690 milliards de L.E. 22 sont déjà en chantier, notamment la Nouvelle Capitale administrative, la Nouvelle Alamein, la Nouvelle Alexandrie, le Nouvelle Minya et autres. Les 8 autres seront mises en chantier au cours des 7 prochaines années. La superficie totale de cet immense plan de développement urbain est estimée à 580 000 feddans. Ces villes sont censées héberger environ 30 millions de personnes.

Les villes de la 4e génération devraient réduire la pression sur les villes actuelles. Elles fourniront des logements convenables à toutes les catégories de la population, ainsi que des communautés urbaines. Enfin, elles fourniront des millions d’emplois.

 Double stratégie au Sinaï

Routes, ponts, projets d’électricité, terrains agricoles bonifiés … le Sinaï a changé de visage au cours des 10 dernières années. La péninsule est au coeur d’un vaste projet de développement annoncé en 2014 par le président Abdel-Fattah Al-Sissi. Coût du projet : 700 milliards de L.E.

Parallèlement au développement urbain, le gouvernement a déployé d’intenses efforts pour éliminer le terrorisme et faire du Sinaï une partie intégrante de l’Egypte, où le citoyen peut bénéficier de la sécurité. Le président Sissi a annoncé en avril 2023 que le terrorisme avait été définitivement éliminé de la péninsule.

La santé, une priorité

Le secteur de la santé a témoigné ces dernières années d’un certain nombre d’initiatives avec l’objectif de répondre aux besoins de la population et de contrôler les maladies chroniques. C’est dans ce contexte que l’initiative « 100 millions de citoyens en bonne santé » a été lancée en 2017 en coopération avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). L’objectif au départ était d’éliminer l’hépatite C dont 20 % des Egyptiens sont atteints, le plus grand taux de contamination au monde. 96 % des personnes atteintes du virus ont été traitées. Une campagne est lancée chaque année pour soigner les maladies chroniques et les maladies non transmissibles.

Fin 2018, le gouvernement a lancé une initiative destinée aux élèves des écoles dans les différents gouvernorats, afin de diagnostiquer des maladies telles que l’anémie, l’obésité et le nanisme. L’initiative est organisée dans le cadre d’une coopération entre les ministères de l’Education, de la Santé et de la Population et l’Autorité générale de l’assurance maladie. Cette campagne, qui a été suspendue en raison de la pandémie de Covid-19, a repris début 2022.

En mars 2022, le ministre de la Santé et de la Population, Khaled Abdel-Ghaffar, a lancé une nouvelle initiative pour la détection précoce et le traitement du cancer du foie, le 6e cancer le plus répandu au monde. Une autre initiative a été lancée pour le dépistage du cancer du sein à un stade précoce, proposant des examens cliniques et un traitement gratuit, ainsi que la détection de maladies non transmissibles telles que le diabète, l’hypertension artérielle et l’obésité.

En juin 2023, le gouvernement a lancé une initiative offrant gratuitement la détection précoce du cancer des poumons, de la prostate, du côlon et du col de l’utérus. L’objectif est de réduire à la fois les décès et le fardeau financier associé aux cas avancés.

Afin d’assurer une couverture plus large des maladies, l’Etat a lancé fin juin 2023 une initiative baptisée « 100 jours de vie saine ». Comme l’explique Ayman Abou El Ela, vice-président de la commission de la santé au parlement, les hôpitaux et les centres médicaux publics ouvriront leurs portes pour accueillir les personnes qui souffrent de n’importe quelle maladie. Les analyses et le traitement leur seront proposés gratuitement.

 Une vie décente pour les citoyens

 Hayah Karima (vie décente) est l’initiative sociale la plus célèbre qu’a connue l’Egypte. Cette initiative gouvernementale remonte à 2019 et a pour but de développer les villages les plus pauvres et d’aider les familles vivant en dessous du seuil de pauvreté. L’initiative a été lancée à un moment crucial en raison des conditions économiques difficiles. 4 500 villages doivent être développés sur une période de 3 ans, avec un budget total estimé à 700 milliards de L.E.

Elle s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement durable « Egypte 2030 » et comprend 4 axes : améliorer le niveau de vie, développer les infrastructures, améliorer la qualité des services et réaliser un développement économique. L’initiative vise aussi à réduire le taux de pauvreté de 14 %, à éliminer la faim, à améliorer la couverture sanitaire de 18 % et la qualité de l’éducation de 20 % et à fournir les services élémentaires, dont l’eau potable et le drainage sanitaire, aux villages qui en sont privés. Elle vise en outre à réaliser une croissance économique en créant des milliers d’emplois.

La première phase, qui a commencé en juillet 2019, a couvert 375 villages parmi les plus pauvres dans 14 gouvernorats, où le taux moyen de pauvreté dépasse les 70 %.

La deuxième phase a démarré le 1er mars 2021 et devrait être achevée en 2024. Elle porte sur 1 500 villages dans 20 gouvernorats, avec un nombre de bénéficiaires avoisinant les 50 millions d’individus.

20 instances et ministères participent à l’initiative en coopération avec 23 ONG, des hommes d’affaires qui représentent le secteur privé, ainsi que des partis politiques. Sur le terrain, 10 000 personnes participent à l’exécution de l’initiative, dont des volontaires. Les Nations-Unies ont inclus l’initiative dans leurs projets de partenariat pour le développement durable.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique