Lundi, 24 juin 2024
Dossier > Ports égyptiens >

Ports secs : Maximiser l’efficacité des services logistiques

Nada Al-Hagrassy , Vendredi, 23 juin 2023

Premier du genre en Egypte, le port sec du 6 Octobre vient d’être inauguré. Son édification s’inscrit dans un vaste plan visant à créer 14 autres ports secs, afin d’optimiser les services logistiques. Focus.

Ports secs : Maximiser l’efficacité des services logistiques

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a inauguré via visioconférence, le vendredi 16 juin, le port sec du 6 Octobre dans le cadre de l’inauguration d’un nombre de projets nationaux. Mais qu’est-ce qu’un port sec ? Il s’agit d’un terminal terrestre en liaison commerciale et logistique directe avec un port maritime. Situé au coeur de la zone industrielle et logistique de la nouvelle ville du 6 Octobre, le port sec est construit sur une superficie de 100 feddans. Il est le fruit d’un partenariat entre les secteurs public et privé. Les travaux de construction ont été partiellement financés par la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) qui a accordé un prêt de 25 millions d’euros à October Dry Port Company, une société créée spécialement à cet objectif. Celleci est composée d’Elsewedy Electric, Schenker Egypt et SLP logistics.

Ce port terrestre sec, le premier du genre en Egypte, fonctionne comme une passerelle étendue vers les ports en eau profonde situés dans les régions du nord et de l’est du pays. La création de ce port s’inscrit dans le cadre d’un projet ambitieux visant à créer 14 autres ports secs dotés, chacun, d’un centre logistique lié aux voies de transport de chemins de fer, ainsi qu’aux ports maritimes. Et ce, dans le but d’améliorer l’efficacité des services logistiques. La phase expérimentale de ce port a été déjà entamée pendant le sommet de la COP27. Au cours de cet événement, ce port a obtenu le prix « IJ Global » en tant que meilleur et premier projet de transport dans le cadre du programme Villes vertes de la BERD, dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Le port est relié au réseau ferroviaire national égyptien (ENR), ce qui permet un transport rapide et efficace vers les ports maritimes égyptiens, en particulier le port d’Alexandrie. Le port est également équipé de laboratoires spécialisés qui sont associés à l’Organisation générale de contrôle des exportations et des importations et à l’Autorité de sécurité alimentaire.

Plusieurs avantages

L’objectif de l’Egypte de multiplier le nombre des ports terrestres secs parallèlement au développement des ports maritimes est essentiellement d’éviter au maximum l’accumulation des marchandises dans les ports maritimes et de réduire le temps d’attente des navires. « En 2014, l’Egypte possédait un nombre restreint de ports maritimes, ce qui a conduit à l’entassement des cargos des marchandises. Cet état de choses a abouti à imposer des amendes de retard qui, à leur tour, conduisent à une augmentation des prix des produits avant leur arrivée aux consommateurs », a déclaré Ismaïl Omar, chef de l’Organisme des ports secs. Et d’ajouter : « L’entassement des marchandises aux ports maritimes réduit manifestement la capacité des échanges commerciaux, ce qui affecte l’économie du pays ». Par ailleurs, outre la réduction de la durée de présence des navires transportant des marchandises à l’intérieur des ports maritimes, la multiplication de la création de plusieurs ports terrestres et secs présente d’autres avantages. Ils contribuent aux procédures de transformation numérique pour la circulation des marchandises. En outre, les ports terrestres contribuent à l’établissement des zones urbaines et industrielles jouxtant les ports. « Ce qui aide à créer de nouveaux emplois et réduire la densité populaire », conclut Ismaïl Omar.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique