Dimanche, 25 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Santé >

Messoud Ashina : La migraine peut être gérée par des médicaments et un mode de vie sain

Ola Hamdi , Lundi, 12 juin 2023

Juin est le mois de la sensibilisation à la migraine. Le Dr Messoud Ashina, professeur de neurologie et ancien président de l’International Headache Society, revient sur cette pathologie.

Messoud Ashina

Al-Ahram Hebdo : Quelles sont les causes de la migraine ?

Dr Messoud Ashina : La migraine est une maladie invisible, nous l’identifions sur la base d’un ensemble de symptômes récurrents. Tout type de mal de tête qui revient une à deux fois par semaine et qui est associé à une certaine sensibilité à la lumière ou au son, des nausées et parfois des vomissements, est par défaut une migraine. Cela dit, 50 % des personnes souffrant de migraine ont des antécédents familiaux de cette maladie, ce qui prouve une prédisposition génétique. En plus, l’environnement, le mode de vie et l’état de la santé de la personne sont autant de facteurs qui peuvent atténuer ou aggraver la maladie. Parmi les facteurs qui exacerbent la migraine, nous pouvons également citer le stress, la surconsommation de médicaments, l’obésité et l’hypertension artérielle.

— Quels en sont les principaux symptômes ?

— Autrefois, la migraine était associée à un mal de tête qui touche un seul côté, aujourd’hui, nous savons que cela n’est pas scientifiquement correct, car les douleurs peuvent se produire dans différentes parties de la tête, elles peuvent commencer à l’arrière de la tête et se déplacer progressivement vers la partie frontale ... En effet, la localisation de la migraine est variable d’un patient à l’autre. En termes d’intensité, les attaques sont normalement sévères, et si le patient décide de marcher ou de bouger, le mal de tête s’aggrave.

— On confond souvent la migraine avec les simples maux de tête …

— En effet, il y a une fausse idée selon laquelle la migraine et le mal de tête sont une même chose. En effet, la migraine est une maladie invalidante neurologique chronique et invalidante qui touche 1 milliard de personnes dans le monde avec une proportion de trois femmes pour un homme, tandis que le mal de tête est un symptôme qui peut cacher un large éventail de maladies.

— Quelles tranches d’âge sont-elles les plus exposées à la migraine ?

— La migraine frappe dans les années productives de la vie, elle débute en général à la puberté ou au début de l’âge adulte. 50 % des cas ont eu la migraine avant l’âge de 25 ans, c’est pourquoi il est important que ces patients reçoivent les médicaments appropriés pour améliorer leur qualité de vie. A mesure que les gens vieillissent, les attaques diminuent, on voit rarement des septuagénaires souffrant de migraine.

— Qu’en est-il des traitements ?

— Le traitement pharmacologique de la migraine comporte deux branches : des médicaments prophylactiques (préventifs), spécifiquement conçus pour traiter la migraine et plus efficaces que les analgésiques. La deuxième classe de médicaments a été récemment approuvée à l’échelle mondiale. Ces médicaments bloquent l’action d’une substance qui peut déclencher des migraines, de quoi réduire la gravité et la fréquence des attaques. Il existe aussi des médicaments moins chers qui sont utilisés pour d’autres maladies, comme la tension artérielle et l’épilepsie. Nous avons constaté que ces médicaments peuvent réduire les crises de migraine. Mais c’est le médecin traitant qui doit décider du meilleur traitement selon le cas.

— En termes de mode de vie, quels conseils pouvez-vous donner aux patients ?

— Certaines mauvaises habitudes peuvent exacerber les crises, comme le fait de sauter des repas, ne pas boire assez d’eau, ainsi que le tabagisme et la consommation de l’alcool. Il est donc recommandé aux patients de faire du sport, d’éviter le stress et de mener une vie saine pour mieux gérer les crises de migraine.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique