Mardi, 16 avril 2024
Dossier > Association africaine du capital-investissement >

IDE : Les pays africains les plus attractifs

Amira Samir , Mercredi, 03 mai 2023

Quatre pays africains, dont l’Egypte, viennent d’être classés parmi le top 25 des marchés émergents les plus prometteurs pour les investissements directs étrangers au cours des trois prochaines années. Focus.

IDE : Les pays africains les plus attractifs

Le cabinet mondial de conseil en stratégie Kearney, spécialisé dans les problématiques de management de direction générale, vient de publier son « Indice de confiance des investissements directs étrangers 2023 ». Très attendu, il offre, entre autres, une perspective unique sur les pays les plus attrayants pour les investisseurs. Le rapport révèle également les tendances des marchés émergents. En Afrique, le classement ne compte que 4 pays africains dans le top 25 des marchés émergents les plus prometteurs pour les Investissements Directs Etrangers (IDE) au cours des trois prochaines années. Ce qui révèle, selon beaucoup d’analystes, que l’Afrique doit déployer encore plus d’efforts pour faire attirer davantage d’investissements étrangers. Ces pays africains sont l’Egypte, le Maroc, le Ghana et l’Afrique du Sud. De même, dans le classement des marchés émergents, figure la Turquie. La Chine, l’Inde, les Emirats arabes unis, le Qatar, la Thaïlande et l’Arabie saoudite occupent les six premières places. Le rapport montre que ces pays sont des destinations d’investissement attrayantes, parce qu’ils possèdent une gouvernance stable et un cadre juridique solide. Kearney note que l’environnement des affaires dans ces pays offre des opportunités uniques et un potentiel de croissance, ce qui en fait des centres d’investissement hors pair dans le paysage des marchés émergents.

Selon le rapport, l’Egypte a fait des progrès pour améliorer son climat d’investissement, comme notamment l’introduction de la nouvelle loi sur l’investissement visant à améliorer la transparence et la prévisibilité pour les investisseurs. L’Egypte a été classée 1re dans cette liste en Afrique et 14e au classement mondial de FDI.

En outre, le Maroc a récemment mis en oeuvre une série de réformes économiques, le rendant plus attractif pour les investisseurs étrangers. Il a été classé 10e au classement des marchés émergents, 16e au classement mondial de FDI, 5e dans l’indice concernant le monde arabe et 2e en Afrique après l’Egypte.

Quant à l’Afrique du Sud, bien qu’elle soit confrontée à des défis nationaux, comme souligne l’indice, « elle continue de favoriser un environnement propice à l’investissement, en tant qu’économie la plus avancée et la plus diversifiée d’Afrique subsaharienne, dotée d’institutions et d’un Etat de droit relativement stables ». Il est classé 17e, derrière le Maroc, au classement mondial de l’Indice de confiance des investissements directs étrangers.

Cependant, pour le Ghana, qui figure parmi les cinq derniers pays dans le classement des marchés émergents, il est nécessaire de redoubler les efforts pour attirer les investissements étrangers. Il est classé 25e au classement mondial de l’Indice de confiance des investissements directs étrangers. Ces classements fournissent aux chefs d’entreprise des informations sur les marchés émergents les plus attrayants pour les investisseurs actuellement et dans les trois prochaines années. La prédominance des marchés développés dans les premières places de l’indice souligne le défi auquel sont confrontées les économies émergentes pour attirer l’intérêt des investisseurs. Ainsi, Kearney conseille aux entreprises des économies émergentes de « mettre en valeur et de tirer parti de leurs avantages uniques et de leur potentiel de croissance dans le paysage des marchés émergents pour surmonter ce défi ».

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique