Samedi, 13 avril 2024
Dossier > 1 an de guerre >

Coup dur pour l’économie mondiale

Gilane Magdi , Mercredi, 22 février 2023

Sous l’effet de la crise ukrainienne, l’activité économique mondiale a subi un ralentissement généralisé et plus marqué qu’attendu, avec une inflation qui a atteint des niveaux jamais vus depuis plusieurs décennies.

Coup dur pour l’économie mondiale
Les institutions internationales prévoient le recul des taux de l’inflation pendant l’année en cours. (Photo : AFP)

La crise du coût de la vie est devenue grave dans les différents pays du monde, y compris l’Egypte. Selon le Fonds Monétaire International (FMI), l’inflation mondiale a presque doublé en passant de 4,7% en 2021 à 8,8% en 2022. Au niveau national, le taux d’inflation a pris une courbe ascendante pour passer de 7,3% en janvier 2022 à 25,8% pendant le mois de janvier 2023, selon les chiffres de la Banque Centrale d’Egypte (BCE). « La crise a entraîné la perturbation des chaînes d’approvisionnement mondiales, ce qui a entraîné une hausse des prix mondiaux des denrées alimentaires et de l’énergie, et donc une hausse des taux d’inflation mondiaux et ses répercussions sur l’économie égyptienne », selon les déclarations de la ministre de la Planification et du Développement économique, Hala Al-Saïd.

Pour lutter contre l’inflation, les Banques Centrales partout dans le monde ont adopté des politiques de resserrement monétaire basées essentiellement sur la hausse des intérêts bancaires en vue d’inciter les ménages à réduire leur consommation. En Egypte, la BCE a adopté, l’année dernière, une politique monétaire restrictive basée sur la hausse de ses taux d’intérêt directeurs sur les dépôts et les emprunts. Ces derniers ont été élevés 5 fois, de 800 points (8%), passant ainsi à 16,25% (intérêt sur les dépôts) et 17,25% (intérêt d’emprunt) actuellement, contre 9,25% et 10,25% en mars 2022. « La question d’une inflation élevée pour une période plus longue poussera la Banque Centrale à durcir de plus sa politique monétaire pour contrer l’inflation. A savoir que l’inflation est toujours tirée par la flambée des prix des produits de base et la faiblesse de la monnaie nationale », selon le rapport de la banque d’investissement Prime Holding envoyé récemment à l’Hebdo. Prime Holding a révisé à la hausse ses prévisions au cours de l’année dernière pour le taux d’inflation en 2023, passant de 11,5% à 21,9%. De même, la banque prévoit une hausse des intérêts bancaires de 2 % pendant le premier trimestre de cette année.

Pour réduire le fardeau de la baisse du cours de la livre égyptienne face au dollar, annoncée par la BCE en octobre dernier, le gouvernement a fixé les prix de l’électricité jusqu’à la moitié de l’année prochaine.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique