Samedi, 02 mars 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Dollar : Le marché noir en voie de disparition

Marwa Hussein , Vendredi, 20 janvier 2023

La livre égyptienne s’est relativement rétablie face au dollar après une chute considérable due au flottement. Celui-ci a permis d’attirer des dollars sur le marché égyptien après une période de pénurie. Explications.

Dollar : Le marché noir en voie de disparition
L’adoption d’un taux de change plus flexible a permis au marché égyptien d’attirer des dollars après des mois de pénurie. (Photo : Reuters)

Le taux de change officiel de la livre égyptienne face au dollar s’est stabilisé au début de la semaine après de considérables fluctuations à la fin de la semaine passée. Dimanche 15 janvier, le dollar s’échangeait à 29,5 L.E. dans les banques égyptiennes, enregistrant une baisse importante des 3,2 L.E. enregistrée mercredi 11 janvier après la décision de la Banque Centrale d’Egypte (BCE) de faire flotter la monnaie nationale. Après cette décision, la livre égyptienne a connu une baisse historique de 14 %, avant de réduire ses pertes et de terminer la journée en baisse de 7% seulement. La bonne nouvelle est que l’écart entre le prix du billet vert sur le marché parallèle et son prix officiel s’est rétréci. Le dollar avait atteint 36 L.E. sur le marché noir avant cette décision, avec un écart de 33 % par rapport à son prix officiel. Les économistes prévoient la disparition prochainement du marché parallèle. La banque d’investissement Naeem Holding estime que le marché noir disparaîtra complètement dans un mois au maximum.

L’adoption d’un taux de change plus flexible a permis au marché égyptien d’attirer des dollars après des mois de pénurie. Selon les déclarations des banquiers à Reuters, plus de 800 millions de dollars ont changé de mains sur le marché interbancaire en un seul jour (le 11 janvier) après le flottement. L’agence de presse officielle MENA a avancé le chiffre de 650 à 750 millions de dollars, dont environ 250 millions provenant d’investisseurs internationaux. En outre, l’adjudication du Trésor lancée le 12 janvier a été plus de 3 fois sursouscrite. La BCE cherchait à vendre pour 20 milliards de L.E. de bons du Trésor et a reçu des offres d’une valeur de 67,7 milliards de L.E. Elle a finalement vendu pour 51,9 milliards de L.E. de bons, générant un rendement moyen de 21% selon les chiffres de la BCE. Sur le marché obligataire secondaire, les investisseurs arabes ont investi 7 milliards de L.E. dans les bons du Trésor mercredi, selon les données de la Bourse égyptienne.

Le récent flottement de la monnaie égyptienne est le 4e depuis mars 2022, le plus récent a eu lieu au début du mois de janvier. Ce flottement est intervenu au lendemain de la publication d’un rapport détaillé sur l’économie égyptienne par le Fonds Monétaire International (FMI). Ce dernier avait finalisé en décembre un accord de financement de 3 milliards de dollars pour l’Egypte qui devrait s’achever au cours de l’exercice 2025-26.

L’importance de l’accord avec le FMI est qu’il restaure la confiance en l’économie égyptienne et permet au pays d’attirer d’autres financements. «  L’accord devrait catalyser un financement supplémentaire d’environ 14 milliards de dollars de la part de partenaires régionaux, notamment de nouveaux financements des pays du Conseil de coopération du Golfe et d’autres partenaires », souligne le rapport du FMI.

Un programme basé sur trois piliers

Lors d’une conférence de presse en ligne sur l’Egypte organisée par le FMI le 10 janvier, Ivanna Vladkova Hollar, cheffe de la mission du FMI en Egypte, a souligné que le programme du FMI, approuvé en décembre, soutient le plan de réforme égyptien et est basé sur trois piliers principaux. « Premièrement, les politiques monétaires seront axées sur un taux de change flexible qui aide à absorber les chocs externes et à reconstituer les réserves tout en réduisant progressivement l’inflation », a expliqué Vladkova. Les deux autres fondements de l’accord sont la poursuite de la discipline budgétaire et des politiques structurelles budgétaires et l’adoption d’un programme de réformes structurelles afin de promouvoir les investissements du secteur privé et garantir une croissance à moyen terme, forte et inclusive, « en réduisant le rôle de l’Etat dans l’activité économique, en uniformisant les règles du jeu entre les entreprises publiques et les entreprises privées et en supprimant les obstacles face au commerce », a conclu la responsable du FMI.

347 millions de dollars

C’est le montant de la deuxième tranche du prêt du FMI qui sera remise à l’Egypte le 15 mars. Le FMI a révélé que le prêt serait décaissé sur plusieurs tranches de la même valeur les mois de mars et septembre de chaque année et ce, jusqu’en 2026. Une première tranche avait été versée en décembre.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique