Samedi, 20 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Escales >

Vaincre les relations toxiques

Dina Kabil , Lundi, 16 janvier 2023

Au travail, entre amis, dans le couple et même au sein de la famille, les relations nuisibles ne manquent pas. Comment s’en sortir, briser ce cercle vicieux bourreau-victime? Comment dire Non afin de mener une vie plus saine? Eléments de réponse.

Vaincre les relations toxiques

«  C’est une personne toxique ! », répète-t-on pour décrire ce type de personne qui nuit à son entourage. S’il est facile de repérer ce genre de créature, il est plus difficile de s’en débarrasser, surtout quand des relations d’amitié, d’amour ou même de parenté nous lient à elles. Au travail, on tombe souvent sur un collègue narcissique, au sourire d’acier et qui ne vous dit pas le bonjour. Entre amis, il arrive que, même dans une relation de longue date, l’une des personnes abuse de la gentillesse de l’autre. La personne « abusée » s’efface pour accomplir son « devoir » d’amie fidèle. La liste abonde d’exemples au sein de la même famille, ou de couples d’amoureux et de mariés.

Mais que disent les spécialistes à ce propos et comment se libérer de ces relations ou du moins les gérer ? Momo, life coach et médiatrice des relations parentales et conjugales, rappelle qu’un Non bien ferme est essentiel. « Le narcissique a besoin d’écouter le refus et savoir où se trouvent ses limites avec ses collègues ».

Réveiller l’enfant intérieur

La méthode sur laquelle repose Momo dans ses ateliers de travail à Dahab, où elle réside depuis 15 ans, est Wounded Inner Child ou l’enfant intérieur blessé. Il s’agit des blessures de l’enfance qui n’ont pas été remédiées, des blessures dont on n’est pas conscient, qui s’attachent à notre mémoire et qui nous conduisent à des relations toxiques. « C’est une question liée à la loi d’attraction, insiste Momo, lorsqu’on a des blessures lointaines, on sent le sous-estime, on est hanté par ce sentiment qu’on n’est pas assez bon et on s’efforce à faire des choses pour être aimé ». Il s’agit du sous-estime qui régit toutes sortes de relations professionnelle, amicale ou amoureuse. Elle explique l’exemple le plus commun dans le couple de mariés. Lorsqu’un homme dans son enfance a vécu une blessure quelconque; par exemple le stéréotype interdisant au garçon de pleurer parce que pour être homme, il ne faut pas pleurer. Il grandit et se crée des stratégies défensives pour ne plus se blesser, il arrête non seulement de pleurer, mais surtout de montrer ses émotions. En refoulant ses émotions, il devient aux yeux de sa partenaire un homme sans sentiments, ce qui crée d’innombrables problèmes avec sa conjointe parce qu’elle ne le connaît pas vraiment. Dans son atelier de travail en groupe intitulé Inner Child, Momo accompagne l’autre à trouver sa beauté intérieure telle que Dieu l’a créé. « J’aide les participants au groupe à affronter leurs blessures lointaines, à reconnecter avec soi et avec Dieu », c’est le secret de la réussite de Momo dans son atelier de 12 jours intensifs. Et de conclure: « Je ne peux rien changer si je n’arrive pas à me changer moi-même. Je ne peux pas changer l’autre, mais plonger dans mon for intérieur, m’aimer: de savoir pourquoi je ne pleure plus aujourd’hui et à ce moment je me rends compte que je peux pleurer de nouveau » .

- Momo, life coach et médiatrice des relations conjugales.

https://www.momos-inner-child-kg.com

Elle organise des ateliers à Dahab où elle réside. Les prochains ateliers à Noweibaa : du 17 au 28 février 2023. Au Caire : 24 mars- 4 avril 2023.

- Iman Samir, psychiatre

https://www.facebook.com/theplace.therapy/?mibextid=LQQJ4d

https://www.facebook.com/ninepsychology?mibextid=LQQJ4d

 

Les solutions aux yeux de la psychiatrie

En dehors du couple, les relations professionnelles et amicales nuisibles varient d’une personne à l’autre, selon le cas de chacun. Pourtant, Iman Samir, psychiatre, réussit à donner des solutions et une stratégie pour y faire face :

1- Les solutions radicales: au travail, si j’ai un gros problème avec mon directeur, je peux quitter le travail ou affronter mon patron avec les problèmes pour trouver des solutions.

2- Ne pas se laisser conduire par ses émotions: cela ne veut pas dire faire taire ses émotions. Si mon boss me provoque, j’essaie de trouver le point culminant qui nuit à mes sentiments et je travaille sur mes émotions pour briser le cercle de colère. (Dans la vie conjugale, la femme qui se plaint de son mari, qui rentre tard tous les soirs, peut aménager ses émotions et prendre acte de rentrer tôt au lit au lieu de l’attendre et faire une querelle).

3- Le consentement radical: c’est regarder le réel tel qu’il est. Cela ne veut pas dire céder et se laisser prendre par des rapports malsains avec l’autre. Mais normalement, les relations deviennent nuisibles parce qu’on est tenté d’embellir la vérité et de trouver des excuses à l’autre. Par exemple, dans les relations d’amitié intime, pouvoir regarder la vérité de l’ami(e) au moment présent sans fioriture, reconnaître que ce n’est pas le (la) même ami(e) de l’enfance, il ou elle ne cesse de me critiquer, de se plaindre et de tirer profit de moi. A partir de la conscience du réel, du moment présent j’apprends à m’aider moi-même, à dire non graduellement.

4- Rester tel quel, persister dans le problème. La majorité des gens préfère que la solution vienne de l’extérieur, en dehors de soi-même, et de continuer à se plaindre du patron, de l’ami ou du frère ou de la soeur.

En gros, le mot magique et le point de départ pour faire face aux relations nuisibles est un Non qu’on apprend à dire pour mettre ses propres limites.

La thérapie de couple centrée sur les émotions

La psychothérapie centrée sur les émotions a fait du succès depuis les années 1980. Connue sous le nom d’EFT (Emotion Focused Therapy), elle commence à gagner du terrain en Egypte avec nombre de thérapeutes qui s’y adhèrent pour traiter les problèmes du couple en particulier. « Cette thérapie conçoit l’émotion en tant que force centrale organisant les interactions de couple », comme on le définit sur le site EFT. Le comportement de l’un des partenaires suscite une réaction complémentaire de la part de l’autre partenaire, ce qui a pour conséquence que le couple adopte un style cyclique et rigide qui provoque de la détresse. Si le rapport des mariés est basé sur un partenaire positif et l’autre passif, le premier est le type poursuiveur et le second est le retiré. Le positif déclenche, attaque, alors le retiré ne répond pas parce qu’il développe une stratégie défensive. Ainsi, le fameux « Nous avons besoin de parler » sème l’anxiété et prévoit l’alarme d’une dispute dans le couple et les entraîne dans le cycle ou le tornedo infini.

La thérapie de couple centrée sur les émotions aide les partenaires à explorer leurs émotions latentes, ce qui amène à de nouvelles émotions sécurisantes pour les deux. Le plus souvent dans les rencontres avec le couple, ils se sentent sécurisés de trouver une tierce personne qui les écoute; par conséquent, les deux s’écoutent, alors qu’ils n’étaient pas habitués à cela. Et à partir de là, chaque partenaire se rend compte et reconnaît son rôle dans le cycle infini afin de défaire le cercle et faire des manoeuvres au fameux style cyclique.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique